· 

Triste 1er mai 2018

Orties et sciatique

Chères lectrices, chers lecteurs,

 

Je ne peux rester muet face à la montée de l'intolérance et au gâchis dû aux extrémistes cagoulés qui ont noirci la Fête du Travail à Paris ce 1er mai 2018.

 

 

Bonne lecture !

Comprendre notre société

Avant tout, je tiens à préciser que je suis heureux de vivre dans un pays de droit, ce fameux pays dont la traduction en Chinois a un sens à mes yeux.

 

Lorsque je parle de l'Agriculture Naturelle, mon souhait n'est pas d'imposer ce modèle d'agriculture à l'ensemble de la société. Il s'agit d'un choix qui m'est propre. Sa diffusion ne peut se faire que par l'exemple par le biais de la pratique, non par la force.

 

Pratiquer l'Agriculture Naturelle n'est pas synonyme de se couper du monde à la recherche d'une autonomie totale sans rapport avec la société. Au moment où j'écris ces quelques lignes, une phrase me revient à l'esprit. Vient-elle d'un des ouvrages de Masanobu Fukuoka ou est-ce un ami chinois que me l'a dite ? Je ne m'en souviens plus, mais peu importe, elle résume assez bien cet état d'esprit : "On a besoin de quatre amis pour porter son propre cercueil."

 

L'homme vivant à l'écart de la société est un thème qui fut abordé par la littérature du XVIIIème siècle. Robinson Crusoé de Daniel Defoe en est un bon exemple. Ce thème fut repris le siècle suivant par d'autres auteurs dont le célèbre Jules Verne.

 

Un autre thème, qui est à mes yeux est lié, est celui de l'Enfant Sauvage. Il faut remonter aux prémices de l'Ethnologie et aux découvertes archéologiques de l'époque pour comprendre cet engouement pour cette littérature. Les grands voyageurs, qu'il s'agisse de James Cook, de Louis-Antoine de Bougainville ou de Charles Darwin ont aussi contribué à l'intérêt de l'Autre dont les sociétés étaient différentes.

 

Je ne peux que vous conseiller la lecture des grands voyageurs. Elle permet de mieux comprendre le monde actuel. Mes deux livres préférés sont plus anciens et en rapport avec la Chine. Histoire de l'expédition chrétienne au royaume de la Chine, de Matteo Ricci et Nicolas Trigault (1582-1610) et l'incontournable ouvrage de Marco Polo, Le devisement du monde - Le livre des merveilles, écrit en 1298. Ce dernier est important si l'on veut comprendre les conflits actuels dans certaines régions du monde.

 

Les sociétés étudiées alors étaient qualifiées de primitives. Il s'agit d'un vocabulaire daté qui prenait comme référence le niveau technique des sociétés sous la lorgnette des premiers ethnologues. Il ne faut pas s'étonner que les archéologues et préhistoriens furent tentés de comparer ces sociétés et celles du passé. Or, ces sociétés étaient contemporaines aux nôtres et tout aussi éloignées d'un point de vu temporel que nos sociétés l'étaient des premières sociétés humaines.

 

De l'héritage de cette époque, je ne retiendrai ici que les deux extrêmes. L'un qui conduisit à la période coloniale, l'autre à l'idéalisation des sociétés étudiées avec la théorie nommée du bon sauvage.

 

Si à cette époque, plutôt que de prendre le niveau technique comme repère, les ethnologues avaient pris la parenté comme point de comparaison, le terme de société primitive aurait alors été distribué autrement !

 

Mais revenons aux extrêmes cités ci-dessus. Bien qu'aux antipodes, tous deux avaient comme point commun : l'idée qu'une société idéale existait.

L'intolérance gangrène notre société

Vivre en société, c'est en accepter ses règles. Certains semblent l'oublier actuellement !

 

Changer de modèle de société par la violence ne conduit qu'au désastre. Les nostalgiques d'une époque révolue devraient s'intéresser à l'Histoire de certains pays qui ont connu ou connaissent encore la politique d'un parti unique. Cela s'appelle une dictature.

 

Ce que nous venons de voir à Paris lors de la manifestation du 1er mai 2018 n'est pas anodin. Le tweet express de Jean-Luc Mélenchon dès les incidents de Paris désignant l'extrême droite ne m'a pas amusé, pas plus que le mea-culpa de ce même Jean-Luc au micro de Jean-Jacques Bourdin à l'antenne de BMF TV ce matin même. Je trouve qu'il éprouve quelques difficultés à prononcer les termes d'extrême gauche ! Les extrémistes sont à combattre, de gauche comme de droite, c'est mon point de vue.

 

Je ne dirai pas qui sème le vent récolte la tempête, je préfère écrire : qui joue avec le feu anime les braises. L'un des points communs des extrêmes politiques est l'ambivalence des thèmes qu'ils abordent tout en restant dans la légalité. Une sorte de double discours qui a pour but, finalement, de racler au plus large leur électorat.

 

Un autre point commun avec les partis extrémistes est de nier leurs origines extrêmes. Ce n'est jamais évident d'assumer.

 

Pendant l'interview mené par Jean-Jacques Bourdin, j'ai retenu ceci de la part de Jean-Luc Mélenchon. Selon lui, la violence verbale est une violence symbolique ! S'il pense vraiment ce qu'il dit, alors ce dernier est encore plus dangereux que je ne pensais.

 

La violence, quelle qu'elle soit, engendre la violence. Dénoncer par la suite les violences du 1er mai, la violence "symbolique" reste tout de même en travers de la gorge.

 

Je cherche encore le symbolisme dans l'expression de François Ruffin qui veut faire "la fête à Macron" le 5 mai prochain. Attention aux braises !

 

Mais revenons à la journée du 1er mai. Qui étaient donc les black blocs ? A l'unanimité les media désignent des groupuscules d'extrême gauche. Dommage, Jean-Luc, pour le tweet !

 

Certains tags m'ont interpelés ! "ALF" ! Tiens, le Front de Libération des Animaux ! On nous parle aussi de Zadistes ! D'anti-mondialistes ! La gangrène a bien pris.

 

Ce qui m'écœure est que ces extrémistes salissent l'image liée à des thèmes qui me sont chers : l'écologie, la biodiversité animale et végétale, même l'agriculture ! Ces thèmes ne peuvent être abordés par le biais de l'intolérance.

 

Des mouvements qui se décrivent comme écologistes deviennent dangereux. L'intolérance s'immisce partout ! Certains s'intéressent même à nos assiettes, à notre alimentation, comme le mouvement Vegan, qui selon moi est un mouvement sectaire. Ils veulent nous faire croire que l'Homme n'est pas omnivore ! Dommage qu'ils ne s'intéressent pas aux études des anthropologues physiques sur l'alimentation de nos ancêtres fossilisés ! L'Homme est omnivore de fait, il peut être végétarien ou Vegan par choix. J'imagine la tête des Inuits si on leur avait imposé un régime Vegan.

 

Notez que manger sainement est un thème très porteur dans les pays riches. Avec une vision globale, il serait plus descent de s'intéresser à la sous-nutrition et la malnutrition.

 

Cette intolérance s'insinue tel un cancer. Les spécialisations et échanges sur de grandes distances pendant les périodes préhistoriques devraient interpeler les altermondialistes ! Mais ni la Préhistoire, ni l'Histoire ne semblent intéresser les personnes qui souhaiteraient changer de société !

 

Que dire de l'hypocrisie de ces groupuscules qui dénoncent nos sociétés mais dont les membres semblent bien heureux de communiquer via les réseaux sociaux avec leurs mobiles, produits de cette mondialisation qu'ils combattent ? Il faut une bonne paire de chaussures de sport, certes noires, pour pouvoir se mouvoir rapidement et éviter d'être attrapé par la police ! Dire que ces chaussures sont fabriquées par de petites mains lointaines.

 

Hypocrites, violents et lâchement cagoulés, voilà ce que je retiens de vous.

LE Xiao Long

樂小龍

Le sceau chinois de l'artiste peintre LE Xiao Long sur lequel est écrit 樂小龍 qui en Chinois veut dire joyeux petit dragon.

Article plus ancien :

L'ortie au secours de la sciatique


Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Valerie Gueraiche (vendredi, 04 mai 2018 05:51)

    Je vous ai decouvert par hasard et apprecie la qualite de vos ecrits et de vos videos. Merci !

  • #2

    LE XIAO LONG (vendredi, 04 mai 2018 08:52)

    Merci beaucoup Valérie ! Le hasard est bien sympathique finalement ;)