· 

Lettre aux Gilets Jaunes

Orties et sciatique

Chères lectrices, chers lecteurs,

 

Voici une lettre ouverte aux Gilets Jaunes qui, je l'espère, pourra leur être utile.

  

 

Bonne lecture !

Pauvreté et paupérisation

Il serait intéressant de s'interroger sur la colère qui motive le mouvement des Gilets Jaunes. Taxations et baisse du pouvoir d'achat semblent former la base de la grogne d'un point de vue économique. Commençons donc par aborder le problème sous la lorgnette de l'économie bien que d'autres causes possibles puissent exister.

 

Habiter un pays riche ne signifie pas que pauvreté et paupérisation y sont absentes. Attardons-nous sur ces deux concepts car si l'un d'eux est facile à définir, l'autre n'est pas si évident.

 

Commençons par le plus simple : la paupérisation. Il s'agit de l'appauvrissement d'une classe sociale, d'un abaissement du niveau de vie. Ce terme est donc bien lié au vocabulaire économique. Qu'en est-il de la pauvreté ?

 

Si a priori la pauvreté nous parle, a posteriori sa définition pose problème car elle déborde le champ économique. Je vous invite d'ailleurs à consulter la page du site du Conseil national des politiques de luttes contre la pauvreté et l'exclusion sociale à propos de la recherche d'une définition de la pauvreté.

 

Pour comparer paupérisation à pauvreté, il nous faut donc ajouter un adjectif à cette dernière tout en l'amputant de son sens complet : pauvreté économique. Dès lors, nous faisons appel à certains outils économiques, les chiffres, les pourcentages et les statistiques. Or le Vivant et l'Humain sont rarement compatibles avec les Mathématiques.

 

Plutôt que de chercher une définition à la pauvreté économique, nous devrions chercher à définir l'inacceptable. Il est inacceptable de ne pas avoir de toit, il est inacceptable de mourir de froid, il est inacceptable de ne pas manger quotidiennement à sa faim, il est inacceptable de ne pas pouvoir se laver, il est inacceptable de ne pas pouvoir se soigner.

 

Logiquement, être propriétaire d'un gilet jaune implique dans la grande majorité des cas d'être propriétaire d'une voiture. Je ne pense pas que ceux qui sont frappés de la liste complète de l'inacceptable en possède un. Cela ne signifie pas pour autant qu'il n'est pas légitime de manifester son mécontentement face à la peur de la paupérisation mais il était important de le signaler.

 

En France, nous sommes égaux devant la loi mais nous ne le sommes pas face aux limites que la paupérisation peut ou pourrait franchir. L'inacceptable individuel n'est pas en lien avec l'inacceptable commun. D'où la disparité des revendications dont certaines semblent légitimes pour les uns mais non pour les autres.

Une autre solution que le blocage

Le blocage est une réponse violente face à une violence qui a fait sortir certains Français dans la rue. Mais lorsque deux violences s'affrontent, rien de positif ne peut en sortir.

 

Montrer l'exemple est un moyen plus efficace. Lorsque nous nous plaignons que le haut de la pyramide ne nous entend pas, mieux va s'adresser à sa base. La base de notre société sont nos communes. Plutôt que de bloquer les routes, il serait bénéfique d'organiser un contre pouvoir constructif au sein de chaque commune.

 

Pourquoi ne pas organiser des élections parallèles, citoyennes et apolitiques, non pas pour remplacer les Maires mais pour travailler avec eux afin de faire remonter les doléances et les idées de chacun d'entre nous ?

 

Une fois les représentants élus au niveau des communes, leur demander de désigner un représentant au niveau régional, puis national. Tant que les Communes, les Régions ou l'Etat n'aura pas de représentants avec qui parler, il ne faut pas s'étonner que le dialogue ne puisse s'établir.

 

Une telle initiative pourrait certainement résoudre un grand nombre de problèmes locaux et avoir des répercutions sur des familles en difficulté. J'imagine un cahier de doléances et d'idées divisées en plusieurs catégories. La première serait consacrée au local, c'est-à-dire à la commune, la seconde à la région, la troisième à l'Etat, la quatrième à l'Europe et pourquoi pas la cinquième au Monde.

 

Nous sommes tous en possession de savoirs et d'idées qui peuvent améliorer les choses, notre problème étant notre égoïsme ou notre isolement.

 

Pourquoi ne pas demander aux Mairies de prêter une salle afin d'organiser des réunions et commencer un dialogue constructif. Pas de blocages, juste un lieu de concertation sans violence !

 

Le pouvoir d'achat n'est rien comparé au Pouvoir du Coeur. Et n'oubliez pas, bloquer l'économie d'un pays revient à diminuer le pouvoir d'achat...

 

(Cliquez ici pour comprendre pourquoi je ne porte pas de Gilet Jaune)

LE Xiao Long

樂小龍

Le sceau chinois de l'artiste peintre LE Xiao Long sur lequel est écrit 樂小龍 qui en Chinois veut dire joyeux petit dragon.

Article plus récent :

 

Les bons, les brutes et les truands

Article plus ancien :

Quand le hors sol mine l'esprit


Écrire commentaire

Commentaires: 24
  • #1

    Adeline (mardi, 20 novembre 2018 22:01)

    C'est très bien dit ;)
    Bisous à toi.

  • #2

    LE XIAO LONG (mardi, 20 novembre 2018 23:00)

    Merci Adeline ;)

  • #3

    nelly (mercredi, 21 novembre 2018 15:00)

    Bravo !
    Suis d'accord avec toi !

  • #4

    LE XIAO LONG (mercredi, 21 novembre 2018 16:27)

    Merci Nelly ;)

  • #5

    Cyril (jeudi, 22 novembre 2018 00:46)

    Coucou Patrick :)

    Pour ma part, j'ajouterais à ta liste l'inacceptable de ne pas avoir accès à un cadre éducatif épanouissant (pour nos citoyens d'enfants)...et plein d'autres inacceptables sans doute en creusant un peu ! ;)

    l'inacceptable d'avoir à aller bosser à pieds ?!? naan, je déconne ;)
    Cela écrit, parmi ceux qui possèdent une voiture, nombre ne peuvent plus trop l'utiliser sans compter (et tant mieux pour la planète hein), mais d'autres symptômes de leur état de subsistance rejoignent rapidement nos inacceptables (la nutrition et l'accès aux soins et à l'éducation notamment) : il y a un recouvrement au moins partiel entre ces populations.
    D'ailleurs, c'est l'essentiel du message que les gilets jaunes remontent : le carburant est un auxiliaire de leur lutte, la goutte d'eau, et non le centre de leurs souffrances (ouf!).

    Philosophiquement, je suis de tout cœur avec toi et certainement cette colère justifiée (à mon sens !) gagnerait à se structurer en assemblée : il ne peut sortir que le meilleur de l'action de partage.

    Historiquement par contre, je constate que, pour nombre des droits qui nous préservent de ces inacceptables, il a fallut créer les conditions d'un rapport de force favorable : gêner a minima (manif, désobéissance civile), taper au portefeuille (grèves, même le Mahatma en a organisés, fiscales), voire des mouvements d'insurrections permanentes (abolition de l'esclavage sous la Révolution - la vraie : la seconde, abolition du travail des enfants sous la Commune, etc) !
    bref, une dose de violence à des degrés divers...je ne juge pas, je constate.

    Cette violence, dans notre contexte contemporain, peut offrir un levier à assez court terme de lutte contre les inégalités, quant la nécessaire structuration plus pacifique et plus locale leur prendrait sans doute aussi plus de temps.
    Et il y a urgence.
    Non pas (que) pour des motifs humanistes, mais surtout climatiques.
    Dans ce combat désespéré pour la survie de notre espèce, aucune composante aggravante ne doit être négligée, et l'accroissement des inégalités en tant qu'effet de la paupérisation en est une (voir les études citées dans le très bon 1er bouquin de Pablo Servigne).
    Il ne faudrait pas s'illusionner par un rationnement en carburant (limité au dernier décile de la population, aussi massif soit-il) qui améliorerait notre empreinte écologique, quand les gens chauffent des logis mal isolés, et pendant que les semi-remorques continuent de passer (et que le chien continue d'aboyer ;)

    Cette urgence me semble même prévaloir devant la peur du déclassement social, qui pousse plus ou moins inconsciemment à accepter cet état de fait, ou à accepter qu'il ne puisse évoluer que lentement.
    En somme, il faut bien leur faire lâcher du lest rapidement, ou ces décideurs vont tous nous crasher...
    Donc politiquement, ce mouvement a du sens pour moi ;)

    Après sur les modes d'actions, bloquer des carrefours, je suis d'accord ça se discute (en cyber-assemblée?)...d'ailleurs j'ai lu qu'UNE gilet jaune avait proposé de réorienter leurs actions vers les lieux du pouvoir...si ça pouvait se faire de façon non-violente, why not ?
    plutôt bloquer quelques décideurs que des millions de gens, dont la majorité semble d'accord avec ce mouvement par ailleurs.

    mais je regrette par avance la violence du CRS la vraie, qui serait alors déployée contre ces malheureux, déjà victimes de la violence morale de notre société, et qui seront en plus aux premières loges des bouleversements systémiques à venir... :/

    bisous :)

  • #6

    Cyril (jeudi, 22 novembre 2018 11:11)

    incroyable coïncidence : on m'a partagé cet appel des gilets jaunes de la zone portuaire de St-Nazaire : feraient-ils écho à ton appel ? ;)

    https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10205352948579477&id=1721480438&__tn__=%2As-R

    bisous :)

  • #7

    LE XIAO LONG (jeudi, 22 novembre 2018 12:25)

    Salut Cyril et merci pour ce commentaire constructif qui étoffe ce petit article. Maintenant, voici ma réponse à propos de l'éducation.

    C'est volontairement que dans la liste de l'inacceptable je n'ai pas parlé d'éducation, d'écoles etc. car je l'ai limité au corps non parce que je fais une dichotomie entre le corps et l'esprit mais simplement à des fins plus universelles. D'ailleurs, le lien qui se trouve dans l'article à la recherche d'une définition de la pauvreté est là pour orienter le lecteur et ouvrir sur cette facette que je n'aborde pas. Pourquoi ? Tout simplement parce que la France n'est pas le centre du monde et que les sociétés humaines ne sont pas uniformes. L'accès à l'école implique chez nous l'accès à l'écriture. Pourtant des sociétés sans écriture existent encore (subsistent encore devrais-je dire) et en aucun cas il n'est possible d'affirmer que les personnes de ces sociétés si différentes de la nôtre sont moins intelligentes que celles vivant dans des sociétés à histoire écrite.

    Mon raisonnement peut paraître étrange mais lorsque j'écris un article, je ne tiens pas à démontrer mais à donner des indices afin de provoquer la discussion et la réflexion. J'imagine donc que le "cadre éducatif épanouissant" dont tu parles se réfère à l'école. Qui dit école dit Education Nationale donc Etat. Or le premier cadre éducatif épanouissant n'est pas l'école mais la famille. A force de déléguer à autrui ce qui devrait nous incomber, il nous arrive que nos devoirs s'estompent... Pourquoi préférer parler de la Famille plutôt que de l'Ecole ? Encore une fois, il s'agit d'une portée plus universelle.

    Mais attention, ce que nous entendons par le terme Famille ne correspond pas nécessairement à l'image que nous en avons. Encore une fois d'une société à une autre les liens de parenté peuvent être plus ou moins complexes et le rôle attribué à chacun peut être différent. Dans une société matrilinéaire, par exemple, l'éducation incombe à l'oncle maternel si ma mémoire est bonne. Qu'en est-il chez les Na où le concept de père et de mari est absent ?

    Quoiqu'il en soit, l'important est de constater que la Famille est le lieu premier où l'éducation repose sur les épaules de l'un ou de l'autre. C'est là que les transmissions et les apprentissages prennent corps.

    A mon avis, l'inacceptable concernant l'éducation, serait d'oublier son rôle au sein de la Famille. Après, nous pouvons discuter de l'école mais aux dernières informations, l'école est obligatoire en France et accessible à tous. Peut-être n'est-elle pas parfaite, peut-être existe-t-il des inégalités mais nous avons la chance d'y aller quelque soit notre niveau socio-économique, quelque soit notre couleur de peau ou notre sexe.

    Je suis conscient que les inégalités grandissent en fonction de certains critères économiques et que des gamins n'ont pas la chance de trouver à la maison une aide qui leur serait précieuse. Mais, encore une fois, d'autres enfants où l'argent ne manque pas ne sont pas mieux lotis ! L'argent n'explique pas tout.

    Il me revient en mémoire l'histoire de cette femme qui enfant révisait ses leçons avec sa grand-mère. Grâce à sa mamie qui cahiers ou livres ouverts devant les yeux l'écoutait réciter ses cours, cette petite fille put suivre une scolarité normale. Je crois qu'elle est devenue écrivain, peu importe... Par contre, ce qu'elle ignorait étant petite est que sa grand-mère ne savait pas lire et était donc incapable de savoir si les leçons avaient été comprises ! Je pense que cette histoire vraie en dit long sur la Magie de la Famille ;)

  • #8

    LE XIAO LONG (jeudi, 22 novembre 2018 12:49)

    Concernant l'appel des Gilets Jaunes de Saint Nazaire, je viens de regarder leur vidéo. Il y a effectivement quelques ressemblances mais je persiste à croire que le blocage économique n'est pas la solution.

    Mieux vaudrait qu'ils commencent par la levée des blocages et qu'ils s'intéressent d'abord à la base, c'est-à-dire les communes. Mais attention, investir une Mairie n'est en aucun cas l'idée que je présente dans l'article. Il s'agit d'une demande qui peut être acceptée ou refusée par les Maires.

    Dans le cas de refus, il y a toujours des solutions sans blocages et sans affrontements. Rien n'empêche de trouver un autre lieu pour se réunir. Le but véritable étant d'avoir ensuite un interlocuteur dans chaque commune et non une foule de représentants. C'est le dialogue qu'il faudrait instaurer, non la discorde.

  • #9

    Cyril (samedi, 24 novembre 2018 02:00)

    Salut Patrick ! :)

    je suis d'accord avec toi sur l'école au sens de l'éducation nationale. Avec tout le respect dû à nos amis les enseignants, elle reste une machine à conformer plus qu'à déployer les talents des gamins. Je pensais plutôt à des écoles de type Freinet par exemple, par "éducation épanouissante". Ken Robinson raconte ça très bien :
    https://www.ted.com/talks/ken_robinson_says_schools_kill_creativity?language=fr

    Après, dans le système classique, il y a quand même la loterie de la sectorisation, la carte scolaire qui a juste changé de nom. Et pour laquelle on retrouve une corrélation entre milieux défavorisés et cadre éducatif peu épanouissant.
    Au passage, j'hallucine comme les gens autour de moi (même parmi les plus républicains) fuient de plus en plus l'école publique...un effet de la paupérisation ?

    Et la famille, effectivement oui.
    Malheureusement pour les enfants, c'est encore une loterie.
    Mais qui, pour le coup, est moins corrélée au niveau de vie des parents (mais plutôt à leur ouverture d'esprit ou leur sagesse peut-être) pour ce qui est de laisser la créativité des enfants s'exprimer...même si l'accès aux activités extra-scolaires, qui aide à cela, coûte une blinde pour beaucoup. ;)

    Pour finir on trouvera toujours des contre-exemples plus ou moins marginaux d'enfants de milieux aisés ne trouvant pas de cadre éducatif épanouissant, ou inversement, mais ce sont les grandes tendances que je tente d'analyser pour comprendre ce mouvement de colère assez large qui s'exprime...et, malheureusement sans doute, l'argent disponible dans les foyers un facteur déterminant.

    Quant aux moyens des gilets jaunes pour faire entendre leurs doléances, j'imagine qu'il leur appartient de les trouver. A mes yeux, tant que ces moyens sont pacifiques, ils restent libres de les expérimenter

    bisous :).

  • #10

    LE XIAO LONG (samedi, 24 novembre 2018 12:09)

    Salut Cyril ;)

    L'école est un vaste sujet de discorde mais je persiste à souligner que nous avons la chance qu'elle existe chez nous.

    Quant à la disparité due à la "sectorisation" dont tu parles, je l'ai vécue. Mais dans la vie, on fait des choix qui peuvent se résumer ainsi : régresser, stagner ou évoluer.

    Tu me parles d'activités extra-scolaires qui coûtent cher. Mais n'y a-t-il pas une obstination à consommer pour soi-disant être heureux ?

    Là où je suis totalement en désaccord avec toi, c'est à propos des "contre-exemples plus ou moins marginaux" dont tu parles. Le niveau social d'un foyer n'a rien à voir avec l'épanouissement d'un enfant. Un enfant a besoin d'Amour, qu'il mange des patates ou du caviar.

    Il existe des coïncidences de chiffres qui me laissent rêveur. La suppression de l'ISF qui est l'un des éléments de la grogne représente 4 à 5 milliards d'Euros sur une année fiscale. Le Black Friday en moins d'une semaine fait dépenser aux Français une somme équivalente.

    Alors continuons à consommer, à demander un meilleur pouvoir d'achat, un meilleur pouvoir de consommer. Continuons de vénérer l'Argent au mépris de la Planète.

  • #11

    URIANE (mercredi, 28 novembre 2018)

    bj ras le bol de ces politiques qui ruinent notre vie et qui neux ne se privent pas au contraire tt est pour eux et ces jeunes députés formatés qui ne connaissent rien a la vie et qui font la moral aux retraités comme je suis ap 43 ans de cotisation et jamais rien reçu du social etant tj au dessus du seuil sans avoir un salaire de ministre auj retraité 1300e avec une mutuelle de 100e et enlever 1.7 et impots et charges que reste t il ? nous sommes dans une politique de royauté et ils sont dans leur monde de 1er de cordée et ceux d en bas taxés au max il faut changer l etat francais complètement l y a beauc d économies a faire avant de toucher aux petits et moyens cordialement

  • #12

    marc (mercredi, 28 novembre 2018 10:19)

    La question de l'inacceptable est intéressante (avoir un toit, ne pas avoir froid etc...). C'est un argument souvent mis en avant avec une tendance à considérer que les citoyens des classes moyennes et populaires basent leur modèle de bien-être sur la consommation, avec comme seule revendication un meilleur pouvoir d'achat au point de l’ériger en religion. Il y a une problématique de sur-consommation, et sans doute qu'il faut revenir à des modes de vie plus humbles, c'est vrai, d'ailleurs ce consumérisme est largement soutenu par les médias (publicités à outrance notamment, propositions incessantes de produits divers). Mais je crois que la notion de mal-être est un peu plus profonde que la peur de la paupérisation et que la question de ce qui est inacceptable doit être discutée. On peut manger à sa faim, avoir un toit, et pourtant avoir une vie de chien, mais vraiment de chien, pour dire les choses simplement. Certes, cette vie est un peu atténuée par un certain confort matériel, mais je crois qu'il faut vivre un peu la vie des franges les plus pauvres des travailleurs (et d'ailleurs pas que de celles-ci, je vais développer) pour comprendre la vie de chien. La question du travail est fondamentale tout d'abord. Il y a de nombreux travaux pénibles physiquement et mentalement, dévalorisés ou dévalorisant. L'industrialisation, la production de masse, la révolution industrielle, appelez ça comme vous voulez, ont cassé il y a longtemps le système artisanal où les citoyens avaient un vrai savoir-faire leur conférant une certaine fierté, l'impression d'être utiles et de fabriquer de la qualité. Cette façon de faire va au-delà de l'ouvrier à la chaîne dans une usine et touche beaucoup plus de corps de métiers, le mal est très profond. Quelques exemples : dans le bâtiment, on produit des cubes en béton le plus vite possible, pas de beau, plus rien à voir avec des bâtisses en pierres de taille ou de pays, des charpentes en bois comme il y a encore 60 ans. Même le réparateur de chaudière ou de je ne sais quelle machine (tiens, une voiture) va prendre son compteur électronique pour diagnostiquer une panne. Plus de savoir faire, on regarde sa machine (ce qui au passage ne va pas contribuer à rendre les gens plus intelligents. A force de tout faire pour fabriquer des cons on se retrouve avec des cons).

  • #13

    marc (mercredi, 28 novembre 2018 10:21)

    la suite :
    Et cela s'applique aussi aux professions plus administratives, aux gens dans les bureaux, qu'on plaque devant des ordinateurs et des logiciels idiots, les ouvriers qui bossent à la chaîne n'ont rien à leur envier si ce n'est d'être assis devant un ordinateur plutôt que debout devant une machine. L'être humain, même s'il appartient aux classes moyennes et populaires, n'est pas idiot et il a conscience de sa transformation en pion. La vie de beaucoup de ménages est assez pénible, ils perdent leur vie à la gagner dans des métiers sans intérêt, et il y a un impact beaucoup plus dévastateur qu'on ne peut le penser : on ne s'occupe plus assez de ses enfants, on ne voit plus sa famille car on a du déménager pour le travail dans une autre région, ou pire, on ne fait même pas d'enfants alors qu'on en voudrait. Les chiffres sont là, je suis persuadé que la baisse de na natalité très importante dans les pays occidentaux ne résulte pas d'un choix des femmes et des hommes mais d'une société qui bouffe la vie des individus. Je le vois autour de moi, des femmes et des hommes passés 45 ans qui n'ont pas pu fonder de famille car ils devaient s'assurer une place dans la vie, ils ont remis leur vie privée à plus tard, ils ont fait des études etc etc... Alors certes ils ne crèvent pas de faim mais est-ce que la souffrance n'est pas là quand on n'a même pas pu accomplir quelque chose d'aussi important que de fonder sa propre famille car on a du assurer sa part de production dans la société ? Il faut aussi comprendre que le système économique impose beaucoup de sacrifices, les ménages doivent bien souvent s'installer dans une grande ou très grande ville, c'est plus cher, et ils se retrouvent en périphérie, avec deux ou trois heures de trajet par jour pour aller bosser. Oui il y a du confort matériel, on est dans sa voiture, mais je vous assure que pour les nerfs, ce genre de mode de vie ne peut que rendre les individus aigris et agressifs (ce qui explique aussi la violence des gilets jaunes). Au passage, je vous signale que nos décideurs ont largement contribué à développer un modèle urbain de grandes métropoles qui forcément implique de concentrer des activités et des gens sur un même territoire, donc de construire toujours et encore plus loin (étalement urbain), donc de rendre la voiture indispensable dans un espace aménagé de la sorte (il y a une certaine schizophrénie à critiquer la voiture individuelle d'un côté et à promouvoir le modèle des grandes métropoles de l'autre qui se base sur le déplacement automobile). Et pitié, ne parlons pas de trottinette électrique, de voiture à l'hydrogène qui n'existe même pas encore pour se rendre au travail quand on habite dans un lotissement d'une très grande grande ville, à 30 bornes de son travail, qu'on doit aller chercher ses enfants, faire des courses etc...Commençons déjà par arrêter de favoriser le modèle de la grande métropole urbaine qui impose l'utilisation massive de la voiture (et non, les transports en commun ne pourront pas desservir toute l'aire urbaine de ses grandes métropoles, tant elles se sont étalées, il faudrait construire un réseau de métro dans toutes les grandes villes françaises et dans leur trop vaste couronne ou encore les raser entièrement pour regrouper les populations dans quelques immenses tours sur un espace réduit, c'était l'idée de Le Corbusier pour Paris et aussi abjecte soit elle, c'est la seule solution pour fabriquer des grandes métropoles sans voiture). Je vous passe sur la consommation de terres agricoles fertiles pour favoriser ces grandes métropoles et sur la pollution qu'elles génèrent en termes de concentration de population par le chauffage urbain, la climatisation etc...

  • #14

    marc (mercredi, 28 novembre 2018 10:36)

    la conclusion :

    Bref, pour fermer la parenthèse et en revenir au vif du sujet, il y a des citoyens qui vivent des situations encore plus difficiles, avec des gens qui se tuent au travail et dans les trajets pour se rendre au boulot. D'accord, ils mangent à leur faim, ils ont un toit, mais ils sont complètement enfermés dans ce carcan. Je vous invite à faire un tour dans les hôpitaux psychiatriques où vous trouverez des femmes et des hommes qui occupaient parfois un travail très convenable mais qui se sont tués à la tâche et qui ont failli y passer (tentatives de suicide, burn out, dépression). Si l'on va plus loin, sur les 15 000 personnes environ qui se suicident chaque année, il y a une bonne part de travailleurs qui ne supportent plus leur quotidien, notamment à cause du travail. Il serait intéressant de se pencher sur les chiffres de la mortalité des 20-50 ans et identifier ce qui pourrait avoir un lien avec un mode de vie trop stressé, un travail physique trop intense. Je connais des tas de gens qui ont été bousillés par leur travail, que ce soit au niveau mental ou au niveau physique, et non, ce n'est pas réservé au 19ème siècle et aux malheureux ouvriers Chinois. On ne parle plus trop de la souffrance au travail, c'est devenu honteux, car il ne faut déjà plus se plaindre d'avoir un travail, mais elle existe. Rappelez vous les suicides chez France Telecom et ailleurs !

    La souffrance au travail et la façon de faire des petits chefs tyranniques qui parfois démolissent complètement leurs collaborateurs ne sont pas des fantasmes inventées, ces choses existent massivement. J'ai des exemples autour de moi, comme cette femme cadre à qui sa hiérarchie demandait beaucoup, pressée comme un citron elle a fait deux ou trois fausses couches pour finalement ne jamais devenir mère. Vous pensez que ce n'est pas une énorme souffrance ?
    Une autre femme, le dos bousillé (trop de voiture avec son travail ? une faiblesse physique à l'origine sans doute mais oui, trop de voiture et pas assez de temps pour prendre soin d'elle). Elle se retrouve 2 ans sur son lit, chez ses parents, à 35 ans, bourrée d'anti-douleur, à prendre 50 kilos. Vous pensez que c'est vraiment acceptable ?

    J'ai un autre exemple dramatique, cette jeune femme qui occupait des fonctions importantes et qui est morte chez elle, dans les bras de son mari, et de quoi ? Elle est morte d'épuisement, des mois que le médecin lui avait dit de se reposer, mais elle recevait des mails et des sms de son travail à 10 heures du soir et elle voulait assurer. Son mari, lui, a fini lui aussi en hôpital psychiatrique, encore un bel exemple de ce que la société peut engendrer.

    Oui, on peut s’apitoyer sur des situations en apparence plus dramatiques comme celles des migrants ou celles des familles qui en France vivent carrément sous le seuil de pauvreté, des SDF et travailleurs très précaires, mais il y a aussi des gens qui en bavent au quotidien même s'ils bénéficient d'un certain confort matériel. Le confort matériel n'est qu'une façon de fermer la gueule aux travailleurs !

    La preuve est là, certains développant des pathologies mentales ou physiques graves ou finissent carrément par se foutre se foutant en l'air. La preuve est là, certains en meurent, qu'est ce qu'il y a de pire que la mort pour l'entourage ?
    Tout cela pour dire qu'il faut regarder un peu plus loin que la question de l'acceptable sur le plan matériel, en considérant qu'il y a des gens qui vivent dans le froid, la faim ou dans un pays en guerre et que partant de ce point de vue, il ne faut pas se plaindre, c'est bien trop réducteur, et je vous assure que la vie de chien au quotidien fait que les personnes qui la vivent se tournent vers la colère ou sombrent dans une détresse profonde, je vous assure aussi que toutes cette pression sociale et au travail finit par réellement démolir des femmes et des hommes et que certain(e)s en crèvent carrément dans notre pays.
    Rappelez-vous le grand Gainsbourg et sa chanson " le poinçonneur des Lilas", c'est exactement de cela dont il parle, la vie de chien avec un boulot de chien et elle se termine comment cette vie de chien ? Prématurément, une balle dans la tête et au fond d'un trou. Voilà je pense une autre façon de comprendre les gilets jaunes en allant un peu au-delà du dénigrement petit-bourgeois des bien-pensants qui regardent la France d'en bas en croyant qu'elle ne s'intéresse qu'à avoir le dernier smart-phone et un téléviseur grand écran, ou qu'elle a juste peur de devenir un peu plus pauvre ! Le mal être est plus sévère, des gens sont démolis par ce système et ça se sait, la colère a d'autres raisons bien plus justifiées que quelques euros de plus au moment de faire le plein de gasoil.

  • #15

    LE XIAO LONG (mercredi, 28 novembre 2018 12:03)

    Bonjour Marc et merci pour vos commentaires dont j'ai lu avec intérêt le contenu des trois parties.

    Si lors de cette lettre adressée aux Gilets Jaunes j'ai orienté ce papier sur un point de vue économique, c'est tout simplement parce que les premières revendications étaient d'ordre économique. Or, comme vous le démontrez, c'est bien plus complexe que cela, je vous l'accorde et je ne l'ai jamais nié.

    Je ne sais si les termes de "petit-bourgeois des bien-pensants" s'adressaient entre autres à moi, mais je trouve dommage d'ailleurs que votre conclusion se termine ainsi alors que le contenu des trois textes étaient intéressants.

    Une réalité, qu'elle plaise ou non, n'efface pas une autre réalité, elle s'y ajoute, c'est tout. La réalité du Smartphone coexiste avec celle du Burn-out, par exemple.

    Marc, nous ne nous connaissons pas, et je ne tiens pas ici à étaler ma vie mais je vous donne un petit indice : je sais que le travail peut tuer...

    Je n'apprécie pas la tournure que prend ce mouvement des Gilets Jaunes lorsqu'il s'appuie sur une opposition Pauvres / Riches car nous sommes tous le pauvre de l'un et le riche de l'autre.

    Nous avons tous une part de responsabilité dans le mal-être actuel et il est trop facile de désigner des coupables bien ciblés. Allez ! C'est à cause des Riches ! C'est à cause des Politiques !

    Je suis loin d'être un bien-pensant ou un démago. Nous méritons la société dans laquelle nous vivons, elle est nôtre de par le fruit de notre égoïsme et de nos contradictions.

  • #16

    LE XIAO LONG (mercredi, 28 novembre 2018 12:39)

    Bonjour Uriane,

    C'est votre point de vue et bien que différent du mien, je le respecte.

    Uriane, la comparaison est souvent source de problèmes. J'ai parfois l'impression que l'un des trois termes de notre devise est mal compris : Egalité. L'Egalité ne se réfère qu'aux lois et c'est tout.

    A partir de là, qu'il existe des inégalités dans d'autres domaines est normal. Que telle personne ait un salaire plus élevé qu'une autre est une réalité. Qu'untel soit plus habile de ses mains est aussi une inégalité si on le compare avec un autre moins doué manuellement.

    Je pense qu'en nous focalisant sur ce que nous n'avons pas mais que d'autres ont, nous perdons une part de notre énergie qui pourrait être employée à quelque chose de plus constructif.

    Peut-être le rôle de l'Etat est-il trop surestimé ? C'est ma conviction, je ne vous l'impose pas. Peut-être avons-nous poussé l'individualité un peu trop loin aux dépens de la personne. C'est aussi mon avis.

    Uriane, vous me parlez de Royauté et ce terme est véhiculé par certains mouvements politiques qui aiment se référer à la Révolution de 1789. Etrangement, leurs discours ne s'attardent pas sur la Terreur. Il est vraiment trop facile de manipuler l'opinion avec des exemples sortis de notre histoire.

    Il est impossible de comparer 1789 à 2018. Ceux qui le prétendent ne le font qu'à des fins électorales et pour attiser les haines. Et finalement, ils réussissent fort bien !

  • #17

    Sebasti (mercredi, 28 novembre 2018 16:26)

    A tout les gilets jaune
    Comment parler de démocratie avec un futur petit dictateur .
    A bon entendeur
    A dimanche les copains sur les champs élysées.

  • #18

    LE XIAO LONG (mercredi, 28 novembre 2018 17:42)

    Bonsoir Sebasti,

    Je laisse votre commentaire sur mon site mais je vous avoue que j'aurais préféré que vous argumentiez plutôt que d'utiliser des slogans qui ne font rien avancer.

    Le but de cette lettre que j'ai adressée aux Gilets Jaunes me semble peu compris... relisez-là et si des passages vous semblent obscurs, n'hésitez pas à me contacter.

  • #19

    Jean Pierre (samedi, 01 décembre 2018)

    Absolument d'accord , il est inacceptable de ne pas pouvoir vivre des fruits de son travail.
    Par contre ce qu'il se passe dans notre Pays est inacceptable aussi.
    Les Gilets Jaunes qui ont certaines de leurs revendications légitimes ont en d'autres utopiques.
    Bon ok sur le rétablissement de l'ISF, mais ça ne suffira pas pour résoudre les problèmes;
    Finalement ils n'y a que des droits mais aucun devoirs.
    Moins d'impôts, de taxes, + de services publics,de fonctionnaires , de police, de salaire etc...et dites les copains comment on finance tout cela.
    Alors vous dites de l'argent y'en a , oui mais à force il se cassera et là on fera comment.
    Entre parenthèse, il y a 10 pays en Europe où les carburants sont plus chers.
    La seule question qui se pose comment financer tout cela sans aller à la case faillite.
    Là où je ne suis pas d'accord avec les Gilets Jaunes, c'est par rapport aux blocages;
    Il est irresponsable de préconiser aux commerces d'appliquer TVA 0 ,
    de bloquer les Entrepots, grandes surfaces,
    de bloquer ceux qui vont travailler ,
    la fréquentation des entreprises commerciales et de leur chiffre d'affaire a baissé de manière inquiétante et, quand je vois certains Gilets Jaunes dire " on veut bloquer l'économie " , mais en voulant bloquer l'économie on va foutre en l'air une multitude d'entreprises et de commerces pour qui le CA est leur critère de fonctionnement et, une fois que la clé sera sous le paillasson et là', que direz vous à ceux qui seront au chômage
    Ah oui évidemment, c'est la faute à l'Etat
    Dans un autre domaine il y a quelque chose d'inacceptable:
    mettre la pression sur ceux qui ne klaxonnent pas ou ne veulent pas mettre sur le tableau de bord le gilet, j'assimile ça à du façisme," si tu penses pas comme moi fais gaffe à toi".
    C'est plus un GJ qu'il faut mettre mais une chemise brune.
    En continuant comme ça en arrivera à une dictature et là vous verrez où sera le droit d'expression et de manifestation.
    Plus de Président, de Ministres, D'assemblée, ok mais quand on voit que quand il faut discuter la délégation des GJ qui y a été reçue hier, le seul qui y est allé a été menacé par les GJ.
    Continuons comme ça, si on veut foutre les institutions en l'air
    La seule question qui se pose, comment en voulant payer moins et vouloir plus comment le financer.
    Entre parenthèse le prix des carburants est plus cher dans 10 pays en Europe.
    Pour finir je vois à la télé certains GJ ont tendance à justifier la violence sur les Champs Elysées
    alors qu'ils fassent gaffe, les partis politiques ont voulu récupérer ce mouvement, que le GJ ne se fasse pas récupérer par cette violence qui n'a pas les mêmes revendications qu'eux.




  • #20

    LE XIAO LONG (samedi, 01 décembre 2018 14:19)

    Bonjour Jean-Pierre et merci pour votre commentaire.

    Comme vous, je n'aime pas la tournure que prend ce mouvement qui revendique tout et son contraire à la fois aux dépens des revendications légitimes. Ces dernières sont maintenant noyées par la violence.

  • #21

    Gérard (lundi, 03 décembre 2018 16:00)

    Pour que l'on connaisse pas les mêmes scènes de désastre il faut que le gouvernement autorise les manifestant a être a visage découvert sans bonnet ou cagoule sans sac a dos lunette masque pour qu'on puisse les identifier les autres dehors par la force s'il le faut qu'est ce qu'on attend qu'ils brûlent tout les casseurs une balle dans la tête comme en Russie ou en Chine on voit pas ce qu 'on attend pour que l'ordre soit rétabli (France vraiment un pays de M...e)

  • #22

    LE XIAO LONG (lundi, 03 décembre 2018 16:58)

    Bonjour Gérard,

    Heu... je pense qu'il y a une petite erreur concernant l'autorisation de manifester à visage découvert ;)

    Quant au Pays de M...e, essayez la Russie ou la Chine puisque vous les donnez en exemple. Puis après un petit séjour là-bas, vous aurez de quoi comparer avec l'Hexagone :)

  • #23

    Sebasti (mardi, 04 décembre 2018 19:25)

    Salut a tout les gilets jaune
    Depuis que notre gouvernement nous entendent ou nous ont entendus une chose est sure ils ne sont pas sourds
    N oubliez pas .
    Qui quitte la partie la perd

  • #24

    LE XIAO LONG (mardi, 04 décembre 2018 20:32)

    Sebasti, mon site n'est pas un lieu de ralliement pour les Gilets Jaunes et je préférerai que vous participiez à une discussion plutôt que d'y poster des banalités....