· 

Les bons, les brutes et les truands

Orties et sciatique

Chères lectrices, chers lecteurs,

 

Voici une réflexion sur le mouvement des Gilets Jaunes suite aux débordements du samedi 24 novembre 2018.

  

 

Bonne lecture !

Article plus récent :

 

Les Gilets Jaunes me font chier !

Article plus ancien :

Lettre aux Gilets Jaunes

 

 


Les bons, les brutes et les truands ?

Il serait temps que l'on arrête de nous prendre pour des imbéciles avec des explications simplistes à propos du mouvement des Gilets Jaunes !

 

Les débordements de samedi dernier aux Champs Elysées sont inadmissibles et la responsabilité de chacun n'est pas une partie de ping-pong entre les différents protagonistes. Vivre en société est en accepter les règles et la loi s'applique à tous.

 

Les Gilets Jaunes des Champs Elysées, qu'ils fussent pacifiques ou non, ne peuvent prétendre se dégager de leur responsabilité.

 

Avec des raccourcis simplistes, il ne faut pas s'étonner d'entendre des affirmations telles que : une personne portant un Gilet Jaune qui s'en prend au mobilier urbain n'est pas un Gilet Jaune mais un casseur ! C'est un peu trop facile !

 

Oui, trop facile de prétendre qu'il existe trois groupes, les bons (les Gilets Jaunes), les brutes (les casseurs) et les truands (l'Etat et ses représentants).

 

En visionnant les images chaotiques de la plus triste avenue du monde, je m'interroge sur les casseurs. Il est difficile de faire le lien entre les black blocs du 1er mai dernier et les personnes violentes de samedi dernier. Les modes opératoires sont très différents.

 

Alors, on nous parle d'ultra droite et d'ultra gauche. Tiens ! Changement de vocabulaire ? On ne parle plus d'extrêmes ? Il est indéniable que certaines personnes de mouvances extrêmes aient rejoint les manifestants pour foutre le bordel. Par contre, il faudra que l'on m'explique pourquoi d'autres personnes agissaient visage découvert, ce qui est loin des habitudes des groupuscules organisés. Une analyse sociologiques des gardés à vue sera intéressante et pleine d'enseignements, j'en mets ma main à couper !

 

Félicitations aux Gilets Jaunes qui, ailleurs, ont manifesté dans les règles et sans violence. Mais honte aux Gilets Jaunes qui mettent à bas les règles élémentaires de la Démocratie.

Stop au déni de Démocratie !

Mouvement apolitique, nous dit-on ! Mais oui, bien sûr ! Prenez-nous encore une fois pour des imbéciles !

 

Le mouvement des Gilets Jaunes est si hétérogène qu'il est impossible qu'il soit apolitique.

 

Plutôt que de bêler "Macron démission", mieux vaudrait ne pas bouder les urnes la prochaine fois ! Une fois élu, notre président est notre président pendant 5 années, qu'on ait voté pour lui ou non. C'est la base de notre Démocratie.

 

Autre déni de Démocratie sont les attaques violentes à l'encontre des journalistes. Franchement, je suis écœuré par les agissements de certains Gilets Jaunes et qu'on ne me dise surtout pas qu'il s'agit de casseurs ! Je plains d'ailleurs les Gilets Jaunes constructifs qui souhaitent faire avancer les choses de manière démocratique.

Yellow sub-Marine ?

Je n'adhère pas du tout aux idées de l'ex Font National que je trouve dangereuses. Mais je trouve tout aussi dangereux qu'un Ministre de l'Intérieur désigne les casseurs des Champs Elysées comme étant des militants du Rassemblement National.

 

Ici la visée électorale est indéniable, l'adversaire est désigné au mépris des autres d'ailleurs. C'est un jeu dangereux car il n'y a rien de plus mouvant qu'un électorat, surtout lors d'élections intermédiaires qui peuvent prendre le chemin de la sanction.

 

Réduire le mouvement des Gilets Jaunes en essayant de mettre les protagonistes dans des cases correspondants à des partis politiques est vain. Les Gilets Jaunes sont une photographie représentative d'une partie des Français mais qui sont-ils réellement ? Bien heureux celui qui peut apporter une réponse !

 

Ici, je ne m'intéresse qu'aux débordements et cette photographie est de mauvais goût. J'invite d'ailleurs l'ensemble de nos hommes et femmes politiques à surveiller leur langage et à montrer l'exemple. Surfer sur les vagues du mécontentement ou attiser les braises n'est pas digne de l'idée que j'ai de la politique.

Pouvoir d'achat et SDF ?

Ce titre vous dérange ? C'est mon intention ! Le cynisme permet parfois de remettre les pendules à l'heure...

 

A tous ceux qui après avoir épuré les dépenses inutiles n'arrivent pas à joindre les deux bouts en fin de mois, le texte qui suit ne vous est pas adressé et je vous souhaite de tout cœur des jours meilleurs. Mais ce qui suit s'adresse aux autres !

 

Tenir un budget familial c'est faire des choix. Qu'est-ce que le Pouvoir d'Achat dès qu'il aspire à autre chose que l'utile, le nécessaire ? Vouloir maintenir un train de vie qui n'est plus en adéquation avec les recettes ne peut justifier de la colère tant que l'on peut manger, se vêtir, se loger, se soigner, se chauffer. Je vous l'accorde, nos dirigeants successifs et actuels avec une dette qui correspond au moins à 100% du PIB ne nous donnent pas le bon exemple. 

 

Le mouvement des Gilets Jaunes est né sur les réseaux sociaux. Combien de SDF ont accès à Internet ? Mais au fait ! Combien y a-t-il de SDF en France ? Dommage ! Il semblerait qu'il n'y ait pas de chiffres officiels ! Je suis stupide ! Je pensais qu'ils seraient prioritaires ! Non, finalement, ils n'intéressent pas grand monde et, tout du moins, ils ne suscitent pas l'indignation générale. Laissons les crever et attardons-nous sur notre pouvoir d'achat.

 

Certains Gilets Jaunes sont donc très actifs sur les réseaux sociaux qu'ils alimentent grâce à leurs téléphones portables très performants. D'autres nous offrent même des "lives" sur Internet. En un mot, ces derniers sont bien intégrés dans notre société de consommation. Mais consommer a un coût et je m'étonne qu'on puisse râler sur le prix de la nourriture, par exemple, en s'obstinant à payer des micro-crédits nommés injustement "abonnements". Personne n'est obligé d'avoir la 4G partout où il se déplace ni d'acheter le dernier téléphone, c'est un choix, une manière de vivre qu'il faut savoir assumer.

 

Cynique, je vous avais prévenu ! Cet exemple du téléphone est transposable à d'autres. Les micro-crédits concernent aussi bien l'audiovisuel avec les chaînes payantes que les salles de sport, par exemple. Consommer semblerait devenir synonyme de Bonheur... Micro-crédits je vous aime !

 

Crédits associés aux micro-crédits ne sont pas des actes anodins, ils pèsent sur le budget familial sur le court, le moyen et le long terme. Encore une fois, ce sont des choix.

 

Pouvoir d'Achat, ce pouvoir de consommer est souvent synonyme d'hypocrisie. Tout le monde souhaite qu'il progresse, qu'il augmente et dans le même temps il nous faut des prix bas ! C'est assez illogique car qui dit prix bas dit salaires diminués.

 

Saviez-vous que certaines denrées aux prix défiant toute concurrence proviennent de l'esclavage ? Les prix bas ont un coût, mais on s'en fout, ce n'est pas chez nous...

LE Xiao Long

樂小龍

Le sceau chinois de l'artiste peintre LE Xiao Long sur lequel est écrit 樂小龍 qui en Chinois veut dire joyeux petit dragon.

Article plus récent :

 

Les Gilets Jaunes me font chier !

 

Article plus ancien :

Lettre aux Gilets Jaunes


Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Cyril (lundi, 26 novembre 2018 17:21)

    salut Patrick :)
    je n'y étais pas et j'ai suivi comme toi les brides d'images relayées par les médias, qui donnaient effectivement une image violente très négative.

    Je viens de recevoir ce témoignage, que je ne prends pas forcément comme une représentation fidèle de ce qui s'y est passé mais pourrait à tout le moins expliquait certains de ces accès de violence (qui corrobore certains "micro-trottoirs" diffusés par les médias qui couvraient cette manifestation).

    Je le reproduis tel que ci-dessous (sauf les images, remplacées par leur lien).

    bisous :)

    "
    2018-11-24: les Gilets sur les Champs-Elysées
    Témoignage de Véronique Pidancet-Barrière:

    J'ai couvert la manifestation des gilets jaunes.
    Je témoigne que ces manifestants étaient désarmés et pacifistes.
    Il se mettaient devant les CRS et leur demandaient d'enlever leurs casques.

    Ils leurs expliquaient qu'ils se battaient pour eux et que comme ils payaient leurs salaires par l'impôt, ils devaient les protéger et non pas les charger.

    Mais les CRS ont chargé et chargé encore.
    Ils ont balancé des gaz lacrymogènes, des bombes qui explosaient sur les jambes de manifestants, et ont utilisé un canon à eau d'une puissance inouïe sur des hommes et des femmes désarmés, balancé des lacrymogènes sur des parents avec poucette.

    Il n'y avait pas de casseurs.
    La solidarité et la fraternité entre tous ces citoyens qui ne se connaissaient pas étaient incroyables.
    Quand j'ai quitté la manifestation sous la charge des CRS, à 18h25, pas une vitrine n'était cassée.
    Des barricades avaient été dressées et des poubelles finissaient de bruler mais les manifestants les avaient érigées pour se protéger.
    Ils attendaient la charge des CRS derrière et lorsqu'ils s'approchaient, ils fuyaient sous leurs lacrymogènes et leurs bombes.

    Les CRS ont tabassé des manifestants, désarmés et pas agressifs, au sol, un devant l'arc de triomphe, j'en suis témoin et d'autres manifestants ont signalé un guitariste transporté à l'hôpital et un jeune tapé pour avoir tenté de protéger une femme âgée tombée au sol et sur laquelle un CRS allait taper.

    Moi même, un CRS m'a cassé trois doigts avec sa matraque.
    J'interviewais un retraité parisien sur un banc, sur le trottoir, près de la sortie du métro.
    Les CRS ont foncé sur nous.
    Ils étaient quatre ou cinq.
    Peu soucieux de son âge et de son état de santé, l'un d'entre eux a soulevé l'homme de son banc et l'a poussé sans ménagement en lui gueulant de dégager.
    Ils m'ont fait la même chose.
    L'homme s'est alors énervé.
    Il a marché vers eux et il leur a crié : vous avez vu mon âge, je ne faisais rien de mal.
    Le CRS a levé sa matraque pour le frapper à la tête. J'ai mis ma main entre la matraque et le crâne de l'homme.
    Vu la violence du coup, j'ai de la chance que ma main n'ait pas explosé.
    Aucune insulte n'a été proférée.
    L'ambiance était bon enfant.
    Un seul slogan : Macron démission.
    Gilets jaunes, j'ai discuté avec beaucoup d'entre vous.

    Je vous engage, comme moi, à poster massivement vos témoignage sur FB, par écrit ou filmé, pour contrer les médias mainstream qui vous font passer pour des casseurs, des fachos et des beaufs.
    J'ai parlé avec tant d'entre vous que je sais maintenant qu'il n'en est rien.
    Alors faites entendre votre voix !

    Un retraité repoussé vulgairement avec un canon à eau.
    Paris-Champs-Elysées
    Scène bougrement révélatrice du niveau de mépris en Macronie

    [...]

  • #2

    Cyril (lundi, 26 novembre 2018 17:22)

    [...]
    https://gm1.ggpht.com/UT2qhRxb1bGlqFDBeV4hB6z9WXD43xio0LBIKHvQTeVNmAExteGGIaSvfmpSnlYcbjtMmCBV2aFUH5dJhNC5loNYctD2rZ5uhT2y5XtnC42YVd0XP5Pn9Jv1Ept0j9LGVw0ZpQ6BmE05pteyjwSF5zbGYYnzLxPlIk_AMgJOq_Vzii1L88UzDb7uonxz7Z7gQlloCSBexyk_y58eIx2BlrrEcBzk6epFBk6AYPK1EIYiwoHBc46iqRM6sBmN6puDELkhYT7sxwk3KB9tbNpS6ktaAjr8CTn9JmNiUCxN4L-3ctBMqKZn-VP3ZzdJFjchTAEJJxxomTokpnaEELGRllirq80OjjTXrWERnlCDTh6WGjYg9ryJp4ya3moY9U6jtbjUbM96U-ddjYu5-9def7LlKzkLkcPFEZwElKgGc7AtT9_a0tF4YxSLmRYeeePMa6n3h8uy6t1v0-193JRhO4xxqCTYv7WyOL64H0QVcrBIIOkLeZuUkVTzYUy3wI0NCq_Bm6BzkdVYmAi-ZbwE1E42eqi2N8_mL5fbb33yEQxTxziEj2c-46sceRxYxm5v-tCWYVLpiRajcQ6P1euYUG973lhomcEQECEFq79pKepWLD3F85b5EBO0vzW7aBezoM6KCI4n9aOVSZ0DYxJVrD7jUfbYWq-8c04yEXlM1qxui-pIk7cj4Q8Cuzru6rp3ZjAiFrwk3VlKvt5A=w1600-h1000-l75-ft

    https://mail.google.com/mail/u/0?ui=2&ik=5b01466ff9&attid=0.1.2&permmsgid=msg-f:1618198274849582048&th=1674fec1e48f2be0&view=fimg&sz=w1600-h1000&attbid=ANGjdJ_Pn4h5dtIlCdCW4URViIYfw1dDVcpP4CPHwDV9eDXzZ0OTf4_n69PhNsMbyx7USybSO_5TgAOaK5zzJmZZ4GTmd6f71l48URlWJs_b_VzqXof28hg9TWtPnyE&disp=emb
    https://mail.google.com/mail/u/0?ui=2&ik=5b01466ff9&attid=0.1.3&permmsgid=msg-f:1618198274849582048&th=1674fec1e48f2be0&view=fimg&sz=w1600-h1000&attbid=ANGjdJ9kcMp2Gl8upnqJKwNH8L4jJ1zQyUjXrOo2tuhi5tjnPSVwZR7zPBHV3klqpw1P0Q5um_yKPYu4X8YJRvSmuFP9t2uZ85EKHnv8CYf7LWNjYa7r2wvc44--iKU&disp=emb

    https://mail.google.com/mail/u/0?ui=2&ik=5b01466ff9&attid=0.1.4&permmsgid=msg-f:1618198274849582048&th=1674fec1e48f2be0&view=fimg&sz=w1600-h1000&attbid=ANGjdJ_1Ju4SXKIap2XmfKsyJnFh_XKBEi5FUJXJoUhzyD2o9FMiqQ4mg_gsQEHI0OCK0pfwGfDFBMA5CDOf3QysAN2-aQ9e3oy2srdklgSQi6KeP8Zmm7I_YBO2M1c&disp=emb

    https://mail.google.com/mail/u/0?ui=2&ik=5b01466ff9&attid=0.1.5&permmsgid=msg-f:1618198274849582048&th=1674fec1e48f2be0&view=fimg&sz=w1600-h1000&attbid=ANGjdJ-PJybXgvMgBhB___ISOWKB02k-eeiFsDzqzszIoxc-EOPbzy466kYcfORrdqH-aaERiqMkvNk6jIOTT9II_X1YAlpNeBgXpGVW5Pi1ZPwT-ZN4QKyH5Uu4cSQ&disp=emb

    https://www.facebook.com/smoothii/videos/619915338410886/

    Ce Monsieur, qui nous vient d' Evreux, a beaucoup d'expériences et un discernement certain.
    Il aurait pu s'abstenir d'être là ... , sur le pavé.
    Il aurait pu, comme beaucoup d'autres, se trouver mille bonnes raisons pour ne pas faire le déplacement, et pourtant, ... il est là !
    Mais alors, pourquoi est-il là?
    En quelques mots, en creux, il va balayer toutes les mesquineries des commentateurs-pinailleurs et zélés.
    En quelques mots, il va dire l'essentiel ...
    Bravo Bernard !
    Ecoutez-le et suivons son exemple.

    https://www.facebook.com/syriuse71/videos/2859821974043447/
    "

  • #3

    Cyril (lundi, 26 novembre 2018 17:24)

    et navré des fautes d'orthographe, hein... :p
    ce ne me réussit pas le travail de nuit ! ;)

  • #4

    LE XIAO LONG (lundi, 26 novembre 2018)

    Salut Cyril ;)

    Concernant les fautes d'orthographe, je ne suis pas du genre à m'en moquer et heureusement, il m'arrive d'en faire :)

    Tu remarqueras que cet article précise sans équivoque qu'il existe des Gilets Jaunes respectueux des lois. Mais lorsqu'on brave l'interdit, c'est trop facile de décharger la responsabilité sur les autres par la suite. Si l'on commence à accepter que certains puissent faire fi des lois, alors bienvenue dans Bordel-Land !

    En allant sur les Champs Elysées, c'est-à-dire en bravant l'interdit, tous ont une part de responsabilité, qu'ils l'admettent ou pas.

    Le discours à propos des media est révélateur d'un mépris du fondement même de la Démocratie et il fait écho à certains discours véhiculés par des élus que je ne nommerai pas.

    Par contre, les Gilets Jaunes respectueux sont en train de se faire voler leur mouvement et c'est dommage pour eux.