Gong Fu Cha, la cérémonie du thé en Chine

tableau, thé, taiwan, chine, cérémonie du thé, gong fu cha, LE Xiao Long

Voici un tableau que personne ne connaît mis à part son détenteur et moi-même.

 

A travers ce tableau et les objets qui s'y trouvent, je vous invite à découvrir l'une de mes passions : la cérémonie du thé Gong Fu appelée communément le Gong Fu Cha.

 Bonne lecture !

Un tableau et la passion du thé chinois

La cérémonie du thé Gong Fu : le Gong Fu Cha

tableau, peinture, thé, chine, chinois, cérémonie, gong fu, gong fu cha, art, LE Xiao Long
Ma table à thé - LE Xiao Long - tableau

Je n'arrive pas à me souvenir avec précision la date de ce tableau. Il s'agit d'une toile que j'ai peinte un peu avant de devenir artiste peintre.

 

Je viens de retrouver cette photo prise en 2012 lors de mon dernier voyage à Taïwan et je suis heureux de vous le présenter.

 

En effet, ce tableau se trouve à Yilan, chez l'un de mes amis Taïwanais, LIN De Fu, le peintre des ateliers de sculptures dont je vous parle souvent.

 

LIN De Fu est un passionné de thé et du Gong Fu Cha, la cérémonie du thé à Taiwan ou en Chine continentale. C'est LIN De Fu qui m'a initié à l'Art du thé et au Gong Fu Cha.

 

Tous les accessoires que vous voyez sur ce tableau entrent en jeu lors de la cérémonie du thé. Le Gong Fu Cha n'a rien à voir avec la cérémonie du thé au Japon. En effet, la cérémonie du thé Gong Fu est beaucoup plus conviviale et bien que certains gestes soient codifiés, ils ne sont pas aussi rigides et strictes que ceux de la cérémonie japonaise.

Gong Fu Cha : verre à sentir et verre à boire

tableau, peinture, verre à boire, verre à sentir, cérémonie du thé, gong fu cha, LE Xiao Long
verre à boire, verre à sentir - LE Xiao Long - tableau

Au premier plan, vous apercevez deux petits verres posés sur un minuscule plateau en bois. Le verre de droite est le verre à sentir, celui de gauche, le verre à boire.

 

Le verre à sentir est le premier verre dans lequel le thé est servi. A ce moment, le thé est très chaud et il faut avoir l'habitude de manipuler les deux verres pour ne pas se brûler les doigts.

 

Une fois le verre à sentir rempli, on le chapeaute à l'aide du verre à boire. Puis, en tenant les deux verres ensembles et bien soudés, à l'aide d'un mouvement vif du poignet, on inverse les contenants. Le thé, toujours emprisonné dans les deux verres se retrouve alors dans le verre à boire.

 

On repose ensuite les deux verres toujours joints sur le petit plateau de bois laqué. A ce moment, on soulève tout doucement le verre à sentir qui se retrouve donc au dessus. Mieux vaut être lent car un mouvement brusque risquerait de faire sortir le thé des deux verres.

 

Le verre à sentir est enfin libéré de son contenu. A ce stade, il est extrêmement chaud et pour le maintenir, on le roule entre les deux paumes afin de supporter la chaleur. Puis, on le porte à son nez que l'on plonge à l'intérieur.

 

A ce moment précis, on apprécie les arômes du thé, qu'il s'agisse d'un thé vert, d'un Oolong ou d'un thé rouge (appelé thé noir en Occident).

 

Si vous n'avez jamais senti un vrai thé chinois, il me sera impossible de vous décrire les délicats parfums d'un thé de Chine ou de Taïwan. Certains amateurs de thé associent un thé à une source bien précise car l'eau, elle aussi, entre en jeu dans la dégustation.

 

Le parfum que l'on hume dans le verre à sentir varie en fonction du thé et de sa provenance. Un thé rouge de vingt ans d'âge vous transportera dans une forêt après la pluie et un Oolong de Taiwan vous enivrera de parfums de fleurs inconnues.

 

Après avoir subjugué votre odorat, c'est au tour de votre vue d'être mise en éveil. On saisit le verre à boire et l'on contemple le thé. La couleur du thé en dit long sur son goût.

 

Vous seriez surpris par la limpidité d'un thé vert, par les nuances d'un Oolong et par les couleurs sombres d'un foyer qui s'éteint d'un thé rouge.

 

Il est temps maintenant de savourer le thé. Le verre à boire est tout petit mais malgré cela, il serait inconcevable d'avaler son contenu cul-sec ! Prendre le temps de vivre, c'est ça la cérémonie du Gong Fu Cha.

 

Pour connaître toutes les saveurs d'un thé chinois, il ne suffit pas de le boire lentement. Il faut en prendre une infime quantité dans la bouche puis aspirer l'air entre les lèvres afin que le thé s'agite en bouche. C'est assez bruyant mais personne ne vous en tiendra rigueur car c'est ainsi que l'on boit un bon thé.

Gong Fu Cha : la bouilloire

bouilloire en terre, tableau, peinture, gong fu cha, cérémonie du thé, LE Xiao Long
Bouilloire - Gong Fu Cha - LE Xiao Long - tableau

La bouilloire est en terre bien qu'il en existe en fer voire même des bouilloires électriques !

 

Comme je vous l'ai expliqué plus haut, la cérémonie du Gong Fu Cha n'est pas quelque chose de rigide. La meilleure eau que vous ferez chauffer sera celle dont la bouilloire s’accommodera d'un petit feu de bois en pleine montagne à même la terre.

 

Je ne peux m'empêcher de vous raconter une anecdote liée au thé qui m'est arrivée à Taïwan en 1990.

 

J'avais pris le bus à Taipei pour me rendre en dehors de la ville. Taipei est entourée par les montagnes et au bout d'une vingtaine de minutes, j'étais sorti de la capital.

 

J'avais décidé de me balader seul en forêt. J'adore me promener dans les forêts subtropicales, c'est un véritable enchantement.

 

N'allez pas imaginer que je m'enfonçais dans une forêt impraticable à l'aide d'une machette ! Non ! Les Chinois construisent et entretiennent de nombreux chemins dans les montagnes boisées qui le plus souvent sont des escaliers !

 

A un moment, je me suis retrouvé face à une grotte. Tenté par l'aventure, je pénétrai dans l'obscurité, espérant que mes yeux emplis de soleil puissent trouver un chemin dans cette grotte.

 

Tout à coup, une voix sortie de nul part me fit bondir de peur ! Un vieil homme bien sympathique me parla en Tai-Yu (en Taiwanais) et s'approcha de moi.

 

J'essayai de lui parler en Mandarin car je ne comprenais rien à ce qu'il me disait. Il continua en Tai-Yu ! Un véritable dialogue de sourds... Devant mon incompréhension, il me prit la main et me fit traverser les dédales de cette grotte. Je n'y voyais rien mais mon guide connaissait bien les lieux.

 

Une fois sortis de la grotte par un autre accès, il me présenta un de ses amis avec lequel il était en train de boire le thé. Nous étions tous les trois, assis sur des rochers, face au vide et nous buvions du thé.

 

Heureusement, son ami parlait un peu le Mandarin mais il avait une fâcheuse tendance à oublier que je ne parlais pas le Taïwanais ! J'appris tout de même que cette grotte avait été aménagée par les Japonais pendant la guerre afin de servir d'abri et de base de tirs anti-aériens.

 

Ces deux petits vieux étaient très joyeux et nous avons passé le plus clair de notre temps à rire. C'est ça l'âme du Gong Fu Cha !

Gong Fu Cha : la théière en terre cuite et feuilles de thé

Théière en terre cuite

tableau, thière en terre cuite, chine, gong fu cha, cérémonie de thé, LE Xiao Long
Théière en terre cuite - LE Xiao Long - tableau

La petite théière en terre cuite que j'ai reproduite sur ce tableau me fut donnée par mon ami LIN De Fu.

 

Il s'agit d'une théière fabriqué par un Maître du thé. La terre de cette théière est l'une des meilleures de Chine continentale, voire la meilleure pour la fabrication des théières.

 

Cette terre rouge est reconnaissable par les amateurs de grands thés.

 

Ce genre de théière a la particularité de ne pas avoir été façonnée à l'aide d'un tour. Aussi incroyable que cela soit, le corps de la théière est fabriquée à la main avec une seule feuille de terre ! Seul un Maître du thé est capable d'un tel prodige.

 

C'est une véritable œuvre d'art. On reconnaît ce genre de théière à leur simplicité de formes.

 

Le couvercle de la théière est chapeautée par une petite boule percée qui permet à l'air de pénétrer lorsque l'on sert le thé. Ce couvercle, lui aussi fait à la main et sans tour, épouse si bien la théière qu'il suffit de mettre un doigt sur le trou pour que le thé s'arrête de couler lorsqu'on le sert.

 

Les feuilles de thé

 

En écrivant cet article, je m'aperçois qu'il est déjà pas mal long et je n'ai pas terminé de vous parler des autres ustensiles présents sur ce tableau. Je vais donc faire bref concernant le thé.

 

Ce que nous infusons en Occident et que nous appelons thé n'a rien à voir avec le véritable thé de Chine. Les Chinois n'infusent pas des débris de thé mais des feuilles entières.

 

Les feuilles sont cueillies généralement par les femmes à l'aide de leurs ongles. C'est un travail difficile qu'il faut savoir respecter lorsque l'on boit du thé.

 

Les feuilles sont ensuite roulées et séchées. Un thé vert n'est pas fermenté, un Oolong l'est plus ou moins légèrement et un thé rouge est fermenté.

 

Thé vert et Oolong sont toujours vendus à l'état de feuilles roulées et séparées. Quant au thé rouge,  il est commercialisé sous forme de galettes circulaires ou rectangulaires.

 

Avant d'introduire le thé dans la théière en terre, cette dernière est ébouillantée à l'intérieur et à l'extérieur, puis l'eau est jetée sur la table à thé. A l'aide d'un doseur en bois, le thé est mis dans la théière en petite quantité. Un bon thé est très puissant, il est inutile de surdoser.

 

Lorsque les boulettes de feuilles de thé sont dans la théière, on verse l'eau chaude dessus jusqu'à ras bord puis on pose le couvercle sur la théière par un mouvement circulaire en frottant la base du couvercle sur le haut de la théière. Il s'agit d'un précaution afin de ne pas ébrécher la partie fine du couvercle qui vient fermer la théière.

 

En fonction du thé que l'on infuse, le temps d'infusion diffère. Avec le temps et l'expérience, cela s'apprend. J'ai pour habitude de dire que tel thé est un thé 30 secondes, par exemple.

 

Mais comme un thé chinois s'infuse plusieurs fois tant il est de bonne qualité, un thé 30 secondes devient un thé 40 secondes à la seconde infusion.

 

Un thé de très bonne qualité peut s'infuser de nombreuses fois. Le temps d'infusion s'allonge au fur et à mesure.

 

Mon ami LIN De Fu, ce passionné de thé, a pour habitude d'étudier les feuilles de thé une fois les infusions terminées. Vous remarquerez sur le tableau un petit pot rempli d'ustensiles variés. L'un d'entre eux est une petite pince à thé en bois qui permet d'extirper le thé lorsqu'il a donné toutes ses saveurs.

 

Lorsque l'on compare les petites boulettes de feuilles de thé à ce qu'elles sont devenues une fois infusées, c'est à peine croyable ! On se demande d'où proviennent toutes ses feuilles de thé.

 

Un thé de haute qualité est un thé trois feuilles, c'est-à-dire que chaque petite boulette donnera naissance à une tige sur laquelle on trouvera le bourgeon terminal et deux feuilles.

 

Certains très grands thé sont des thés une feuille, avec simplement le bourgeon terminal.

 

Ha oui ! Un bon thé n'est pas un thé auquel est rajouté autre chose que du thé. Thé au jasmin, thé à l'orange etc., c'est du thé bas de gamme et il n'y a pas de comparaison possible avec un vrai thé.

 

J'ai essayé de faire court, et bien que je me sois retenu, je n'y suis pas arrivé !

Gong Fu Cha : les autres ustensiles à thé

Le pot à thé

tableau, gong fu cha, cérémonie du thé, pot à thé, porcelaine, LE Xiao Long
Pot à thé - LE Xiao Long - tableau

Le pot à thé est généralement en porcelaine.

 

Le thé sera transvasé de la théière en terre cuite dans ce pot. Ce n'est qu'après que le thé sera enfin servi dans le verre à sentir.

 

Finalement, sans compter l'eau de la bouilloire, il aura fallut quatre récipients différents avant que le thé ne soit dégusté. Cela peut paraître excessif, surtout lorsque l'on a l'habitude de jeter un sachet de thé dans son bol le matin.

Le pot à poser le filtre et le filtre métallique

tableau, cérémonie du thé, gong fu cha, pot, filtre, chine, taiwan, art, LE Xiao Long
pot à filtre et filtre métallique - LE Xiao Long - tableau

J'ai failli oublier de vous parler du filtre métallique ! Où ai-je la tête !

 

Avant de verser de thé de la théière en terre cuite vers le petit pot à thé, il faut poser le filtre sur ce dernier afin qu'aucune impureté vienne salir le thé que l'on va servir à ses amis.

 

Sur le détail du tableau ci-contre, le filtre est posé sur un autre petit pot qui lui est destiné.

 

Ce petit pot rond reçoit le filtre lorsqu'il a servi afin qu'il s'égoutte sans salir.

Autres ustensiles à thé

tableau, cérémonie du thé, gong fu cha, accessoires, pince, brosse, art, LE Xiao Long
Autres ustensiles à thé : pince, brosse, déversoir en bois, doseur - LE Xiao Long - tableau

Le petit pot situé au centre du détail de ce tableau est un petit pot fourretout où l'on dispose tous les petits accessoires nécessaires à la cérémonie du thé Gong Fu Cha.

 

La brosse est utilisée avant et après la cérémonie afin de faire reluire la petite théière en terre cuite.

 

La pince, dont je vous ai parlé plus haut, sert à sortir le thé de la théière lorsque toutes les infusions ont été effectuées.

 

Entre la pince à thé et la brosse se trouve la cuillère en bois pour mesurer le thé. Le petit objet circulaire en bois maintenu ici par la pince à thé est le déversoir à thé.

 

Ce déversoir est posé sur la théière en terre cuite avant d'introduire les boulettes de feuilles de thé. Celles-ci sont déversées par la cuillère mesure sur le déversoir et atterrissent au fond de la théière. Ce déversoir évite de faire tomber du thé hors de la théière.

 

Je viens de m'apercevoir qu'il manquait deux ustensiles sur ce tableau ! J'ai omis de peindre le pic à thé et le pinceau à théière.

 

Le pic à thé est une petite pointe que l'on introduit dans le bec de la théière en terre cuite après chaque infusion afin que les feuilles de thé retombent dans la théière et n'obstruent pas le bec.

 

Quant au pinceau à théière, il sert à faire échapper et évaporer l'eau dont on ébouillante la théière pendant chaque infusion afin qu'aucune goûte d'eau extérieure ne viennent polluer le thé.

Gong Fu Cha : la table à thé

tableau, art, table à thé, cérémonie du thé, gong fu cha, chine, taiwan, LE Xiao Long
table à thé - LE Xiao Long - tableau

Pour finir, voici quelques mots sur la table à thé.

 

Celle qui se trouve sur ce tableau est une table à thé que j'ai acheté à Taïwan.

 

Mon ami LIN De Fu m'avait emmené chez un fabriquant de table à thé et mon épouse et moi avions craqué pour celle-là. C'était en 1996.

 

Il s'agit ici d'une table à thé sculptée à même un morceau de tronc d'un arbre de Taïwan.

 

Celle-ci est grande mais comparée à celles que j'ai vu à Taiwan, je suis encore dans la cour des petits ! Certaines tables à thé pèsent des tonnes ! Elles sont aussi magnifiques qu'imposantes.

 

On peut trouver dans le commerce des petites tables à thé rectangulaires avec une sorte de grille en bambou afin de laisser s'échapper l'eau.

 

Sur la mienne, un système d'écoulement permet à l'eau de s'échapper car l'on déverse énormément d'eau sur la table pendant la cérémonie. A la fin d'ailleurs, la table est ébouillantée pour la nettoyer.

 

Je ne vous parlerai pas du pot à eau qui se trouve sous la table car j'ai pitié de mes lecteurs qui sont arrivés jusqu'au bout de cet article !

LE Xiao Long

樂小龍

Le sceau chinois de l'artiste peintre LE Xiao Long sur lequel est écrit 樂小龍 qui en Chinois veut dire joyeux petit dragon.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Anne (jeudi, 09 mars 2017 18:06)

    J'y suis arrivée et c'est très intéressant �

  • #2

    LE Xiao Long (jeudi, 09 mars 2017 18:51)

    Bravo ! Félicitations ! Que dire encore ? Merci Anne ;)