Etre lié à la Nature

bouc, chèvre, poule, agroalimentaire

Depuis ma tendre enfance, j'ai toujours été attiré par les animaux et les végétaux même si, paradoxalement, j'ai grandi et vécu le plus clair de ma vie dans de grandes villes.

 

Ce lien ténu que j'entretenais avec la Nature m'a toujours permis de tenir face à un environnement où je me sentais mal à l'aise.

Bonne lecture !

La légèreté du chant des oiseaux

LE Xiao Long, artiste peintre, ethnologue, baron, 33750
Cachou, Nougat, Rebelle et moi

Ce n'est qu'en 2006 où mon rêve de gosse se réalisa. Ce n'est pas d'avoir enfin une maison à soi qui me fit plaisir mais surtout d'habiter à la campagne et d'avoir un petit terrain qui me donnait accès à la terre.

 

Une famille, un chien et un potager résume bien ce qu'est pour moi le bonheur.

 

J'ai vécu 6 ans en Picardie et là où je me sentais le mieux était à l'extérieur. Je n'ai jamais supporté d'être enfermé. Ce besoin d'être relié à la terre m'est vital, c'est dehors que je me régénère.

 

Malheureusement, ce bonheur fut de courte durée. Le décès de mon épouse en 2012 brisa ce projet de vie. Même dehors, dans notre jardin, je ne trouvais plus ma place. Ce n'est pas un coup de marteau que j'avais reçu, mais bien l'enclume qui m'avait écrasée.

 

Trois mois après le drame, une sorte de révélation m'a fait prendre conscience que j'étais toujours lié à cette Nature. Un matin, je fus surpris d'entendre le chant des oiseaux. Cela peut paraître étrange mais j'ai réalisé à cet instant que j'avais passé de longs mois sans que leurs chants ne parviennent à mes oreilles. La mort m'avait déconnecté de la Vie.

 

J'ai du mal à décrire ce que j'ai ressenti. Ces oiseaux me rappelèrent que j'appartenais au monde du Vivant. La légèreté de leurs chants venait de briser l'enclume.

 

C'est à ce moment précis que je pris la décision de partir et de créer un nouveau projet de vie, à trois, cette fois-ci.

 

Les enfants participèrent à ce projet et leurs revendications furent prises en compte. Ils souhaitaient, entre autre, vivre au milieu des animaux, j'aspirai à un plus grand espace et du soleil. C'est ainsi que nous nous retrouvâmes en Gironde au milieu des vignes.

Être lié à la grande famille du Vivant

relation homme animal, bouc, poule, élevage, caprin
Henri et Rebelle

La présence de nombreux animaux n'efface pas l'absence d'une maman, mais je savais que mes enfants pourraient compter sur leurs nouveaux amis à plumes ou à quatre pattes.

 

Poules, oie, brebis, chèvres, chats et notre chienne font donc partie de notre univers. Leur présence n'est pas seulement bénéfique à mes enfants, elle l'est aussi pour moi.

 

Il suffit de vivre au milieu des animaux pour s'apercevoir que le lien qui nous unis n'est pas seulement dû à la nourriture que nous leur apportons.

 

Lors de mon épisode dépressif de l'année dernière, je fus surpris par le comportement de nos animaux. Henri, notre bouc qui impressionne mes amis, me rappela à l'ordre. Ce lien existe bien.

 

Quand, au plus bas, je sortais pour fumer une cigarette et prendre l'air (oui, c'est assez contradictoire), je m'assaillais par terre ou sur une souche pour profiter du soleil. A chaque fois que j'étais mal, Henri s'approchait de moi et cette masse musculaire dotée d'énormes cornes commençait par poser délicatement sa tête sur mes cuisses. Au bout d'un instant, il se couchait contre moi et profitait de mes caresses et s'endormait.

 

Je remarquai qu'il ne partait que lorsque mes crises d'angoisse disparaissaient.

 

Actuellement, je vais bien et son comportement est différent. Certes, comme tous les animaux qui vivent avec nous, il demande de l'attention et des caresses mais ses câlins sont éphémères et ne sont plus liés à une demande involontaire de ma part.

 

N'entrevoir le lien homme-animal que sous l'aspect nutritionnel de l'un vers l'autre est une vision assez limité du Vivant. Certes, ils sont attirés par la main qui nourrit mais la quête de nourriture n'est pas leur seule motivation.

 

Cette année, une de mes poules avait des poussins. Le terme "mère poule" n'est pas un concept vide de sens. Une poule s'occupe énormément de ses petits et les protège tout au long de leur croissance. Si on les observe de près, on s'aperçoit que la poule émet des sons différents en fonction de la situation : Venez ! Comestible ! Danger ! etc. Selon la grosseur de l'aliment qu'elle destine à ses petits, la poule cassera ou non ce qu'elle offre à ses poussins en fonction de ce qu'ils peuvent ingurgiter. 

 

Bien qu'un poussin puisse se nourrir seul dès la naissance, à condition de lui offrir une alimentation qu'il puisse avaler, l'apprentissage existe chez les gallinacés. Un ver blanc ne devient comestible que lorsque la poule leur montre qu'il s'agit d'un aliment. D'ailleurs, un poussin ne pourrait pas l'avaler sans que sa mère l'ait déchiqueté.

 

S'occuper des poussins est pour la poule une activité de chaque instant. Elle se nourrit moins car ce qu'elle trouve, elle le laisse à ces progénitures. Là encore, le lien dont je parle prend tout son sens. Lorsque je m'assaillais sur le banc de la terrasse, la poule m'apportait ses poussins. Dès qu'ils étaient tous endormis sur mes genoux, elle en profitait pour s'alimenter loin de ses morfalous piaillards !

 

Ce lien se nomme la confiance exo-espèce. Pour qu'un tel lien se tisse, l'ensemble des protagonistes doivent avoir une idée du groupe qui les unis. "J'appartiens à un tout" n'est pas un mythe.

 

Si vous en doutez, expliquez moi pourquoi cohabitent chez nous des herbivores, des omnivores et des carnivores en toute harmonie. Mes trois chats sont d'excellents chasseurs. Gare aux volatiles qui n'appartiennent pas au groupe ! Par contre, jamais ils ne s'attaquent aux poussins. Idem en ce qui concerne ma chienne qui chassera tout intrus.

 

Hier encore, assis sur une souche, j'ai servi de perchoir à une poule et un coq. Tous deux se sont endormis sur mes cuisses sans que la relation main nourriture n'intervienne. Ils m'ont tout simplement incorporé dans leur univers, un monde de tolérance dont nous pourrions nous inspirer.

Vegan et autres dérives alimentaires

Être lié à la Nature n'est pas une vision de l'esprit, c'est un fait. Ce lien n'est pas uniquement l'apanage du monde animal, il concerne aussi le monde végétal. J'ai bien peur de vous emmener bien loin si je commence à vous parler d'éthologie végétale ! 

 

Quoique ? Parler de l'intelligence végétale permettrait peut-être à certains mouvements sectaires d'être embarrassés quant à leur position actuelle face à la consommation issue l'élevage et du monde animal en général.

 

L'une des raisons qui m'a fait quitter les réseaux sociaux pendant plusieurs mois est bien cette monté de l'extrémisme pseudo scientifique qui à grand coup de marketing montre du doigt les omnivores que nous sommes.

 

Je pense notamment au mouvement Vegan et ses stratégies culpabilisantes.

 

Être lié à la Nature ne signifie pas sortir de sa nature mais simplement en être conscient et faire en sorte que l'harmonie ne soit pas brisée.

 

Qu'une personne souhaite devenir Vegan, c'est son choix. Mais supprimer toutes viandes, œufs, miel, cuire, poissons, laits enfin, tout ce qui proviendrait du monde animal aurait des conséquences écologiques catastrophiques. Ce genre de discours démontre une méconnaissance totale de l'agriculture et de l'importance de l'animal au sein de ce dernier.

 

Non seulement une méconnaissance du monde agricole mais aussi une méconnaissance de l'Histoire, une négation des peuples du froid et des peuples des îles.

 

J'ai vu une vidéo qui comparaissait l'Homme à un ruminant ! Il faut un sacré toupet pour une telle comparaison et ignorer la dentition d'un ruminant et ses deux estomacs. Dans cette même vidéo, le gourou (je ne vois pas d'autres termes) prenait l'exemple d'un enfant à qui l'on donnait une pomme et un lapin vivant. Jamais, affirmait-il, un enfant n'aura l'idée de se jeter à pleine dents sur le lapin, mais il le fera sur la pomme. 

 

J'invite ce pseudo scientifique à faire la même expérience avec une noix de coco verte et une limace. Je l'invite aussi à s'intéresser au stade buccal d'un enfant car dans le même genre, on peut affirmer qu'un enfant portant un petit caillou à la bouche prouve qu'il est "minéralophage" !

 

Je me méfie toujours de ceux qui s'intéressent de trop près à ce que nous mangeons. Les points communs de toutes sectes sont la destruction de la famille et un changement de régime alimentaire. Il est facile d'affaiblir l'esprit en affaiblissant le corps.

 

Pour ma part, tout ce qui est comestible peut être mangé. Cela fait partie du lien que nous avons avec la Nature. Il est d'ailleurs intéressant de constater que cette aversion de la viande, du végétarien au vegan, se produise dans les pays riches, là où une surconsommation de protéines animales est avérée.

 

Mis à part le Vegan qui rejette tout ce qui provient de l'animal, toute personne qui décide de ne plus consommer de viande sans rejeter pour autant le lait, le fromage, les œufs voire le poisson, ne peut vivre qu'aux dépends d'une société constituée d'omnivores.

 

La raison est simple. Pour produire du lait ou fabriquer du fromage, il faut qu'une vache, qu'une brebis ou qu'une chèvre mette bas. Sans naissance, pas de lait. La majeur partie des nouveaux nés seront destinés à la consommation. Pourquoi croyez-vous qu'à certaines périodes de l'année les chevreaux et les agneaux se trouvent dans les rayons des boucheries ? Où pensez-vous que terminent les vaches laitières, les brebis et les chèvres de réforme ?

 

Concernant les œufs, une poule n'a pas besoin d'être fécondée pour pondre. Mais la capacité de ponte est limitée dans le temps. Les poules de réforme passent aussi dans nos assiettes via l'industrie agroalimentaire.

 

Par contre, pour avoir des œufs, il faut avoir une poule et qui dit poule dit poussins. Et pour avoir des poussins, il faut un coq. Les coqs ne pondant pas, je vous laisse imaginer le sort qui leur est réservé.

 

Le véritable problème n'est pas de savoir s'il faut ou non consommer de la viande, des œufs, du lait etc. mais de s'intéresser à la démesure de l'élevage intensif et par voie de conséquence à la surconsommation.

 

Manger actuellement un œuf, en plein hiver, nécessite une consommation d'énergie fossile. Une poule ne pond pas en hiver, il fait trop froid et les jours sont trop courts. Il lui faut donc du chauffage et de l'ensoleillement artificiel pour que nous puissions faire une omelette. Une poule ne pond pas lorsque la canicule arrive. Il faut donc ventiler, baisser la température etc. La plupart des œufs du commerce sont produits grâce au pétrole, à l'énergie nucléaire et aux minerais qu'il faut extraire pour la confection des cages.

 

Le lien dont je parlais au début de cet article est nié par l'industrie agroalimentaire. Seul le rendement compte et vu les investissements financiers dus à l'élevage intensif, il faut produire plus et consommer plus. C'est un cercle infernal.

 

Être lié à la Nature c'est être garant d'un monde pérenne. Libre à vous de choisir ce que vous désirez manger, vos aversions personnelles ne doivent en aucun cas influencer les autres. N'oubliez pas, manger est devenu un privilège non accessible à tous.

 

LE Xiao Long

樂小龍

Le sceau chinois de l'artiste peintre LE Xiao Long sur lequel est écrit 樂小龍 qui en Chinois veut dire joyeux petit dragon.

Écrire commentaire

Commentaires : 8
  • #1

    Chris (lundi, 26 décembre 2016 22:52)

    Très intéressant article, j'aime beaucoup ta synthèse...

  • #2

    LE Xiao Long (mardi, 27 décembre 2016 12:43)

    Merci Chris. Je vais finir par croire que tu es mon seul lecteur.

  • #3

    Anne (mercredi, 28 décembre 2016 14:01)

    Tu sais très bien que Christ n'est pas ton seul lecteur lol

  • #4

    LE Xiao Long (mercredi, 28 décembre 2016 14:05)

    En fait, j'ai donc une lectrice et un lecteur ! Je plaisante naturellement.

    Passe de bonnes fêtes de fin d'année, Anne.

  • #5

    Indiana et Arnaud (jeudi, 09 mars 2017 23:02)

    Ton texte est très prenant, intéressant, on te rejoint sur pas mal d'idées, ça donne envie de continuer sur cette voie et de faire passer ce message :)

  • #6

    LE Xiao Long (jeudi, 09 mars 2017 23:21)

    Bonsoir Indiana et Arnaud,

    C'est effectivement un article pour faire réfléchir. Merci d'être passés par ici et "take care of you both". ;)

  • #7

    HKDB (vendredi, 10 mars 2017 13:06)

    J'ai pas lu... Mais pour faire comme tout le monde...

  • #8

    LE Xiao Long (vendredi, 10 mars 2017 19:56)

    HKDB, moi non plus, je n'ai pas lu ton commentaire ;) Passe un bon weekend avec toute ta petite tribu et à bientôt. PDB