Repenser le monde : de l'émotion à la lucidité

carte du monde, mappemonde, tension géopolitique

Berlin vient de connaître l'innommable et le monde entier déplore les innocents qui viennent d'être frappés. 

 

Bien que je fasse partie de ceux qui dénoncent cette cruauté inhumaine, j'ai peur que nous oubliions un ennemi bien plus terrible que Daesh.

 

Bonne lecture !

L'ennemi numéro 1 : la faim dans le monde

Ne pensez pas que je sois insensible aux événements de Berlin. Ils me touchent autant que ceux qui sont perpétués par cette minorité sortie du concept d'humanité. Minorité, oui, je l'affirme. Combien sont-ils face aux milliards de personnes souhaitant vivre en paix ?

 

Quelque soit le nombre d'adeptes de cette secte terroriste, lorsqu'elle frappe, des familles appartenant à la grande majorité de ceux qui veulent vivre en paix sont endeuillées.

 

L'émotion est compréhensible puisque nous sommes humains.

 

Les Berlinois sont sous le choc et déjà les vautours médiatiques s'emparent du sujet sans aucun recul à grands renforts d'experts télévisuels. Finalement, si l'on réfléchit un peu, une page de pub mondiale est offerte à Daesh.

 

L’indécence médiatique aime les chiffres. D'heure en heure, le nombre de victimes sera réactualisé.

 

Cette propension au quantitatif me pose un problème. Sont-ce les Media qui aiment les chiffres ou le publique ?

 

Ce qui m'attriste est que cette indécence chiffrée semble ne s'intéresser qu'à des victimes bien spécifiques. Je n'apprécie pas trop les mathématiques mais, ce soir, je pense que l'égalité "une vie égale une vie" n'est pas une réalité.

 

Si cette égalité était vraie, les Media devraient alors nous parler chaque jour de l'ennemi numéro 1 de l'humanité, c'est-à-dire la faim !

 

Pourtant, ce n'est pas le cas. J'en déduis donc que certaines vies qui s'arrêtent ne valent pas la peine d'être mises en lumière.

 

Vous appréciez les chiffres ? En voici donc ! Toutes les 6 secondes, un enfant de moins de 5 ans meurt dans le monde à cause de la malnutrition. Ne sortez pas vos calculettes, je le fais pour vous.

 

Par jour, 7200 enfants de moins de 5 ans meurent dans la plus grande indifférence. Je m'interroge souvent sur le pourquoi de ce désintérêt. Est-ce parce qu'ils sont loin de nous ? Est-ce parce qu'ils appartiennent à des zones géographiques pauvres ? Ou est-ce tout simplement parce que nous sommes égoïstes ?

 

Mourir de faim n'est pas plus admissible que de mourir sous les roues d'un camion conduit par un terroriste.

La faim génératrice de déséquilibres

Qui peut prétendre à la paix dans le monde tant que la faim ne sera pas éradiquée ? Qui oserait le prétendre ?

 

La malnutrition est source de déséquilibres, de tentions qui sont autant de bouillons de culture qui peuvent alimenter la haine et ceux qui la professent.

 

Vous en doutez ? Alors inscrivez sur votre moteur de recherches les termes suivants : "carte géographique de la malnutrition dans le monde".

 

Maintenant que vous avez la planisphère de la malnutrition face à vous, comparez la avec une carte du monde, celle des zones de tensions géopolitiques. Vous la trouverez facilement en cherchant : "Conflits dans le monde: la carte des zones dangereuses".

 

La comparaison est assez troublante, n'est-ce pas !

 

Allez, j'en rajoute une couche, à l'approche de Noël, ce sera mon cadeau. N'en déplaisent aux climato-sceptiques, il est intéressant de constater que là où les prémisses de changements climatiques se font ressentir, ces zones coïncident avec des zones de tensions. Rien de plus logique lorsque des récoltes sont dévastées.

 

Aujourd'hui, les migrants sont pointés du doigts dès que l'horreur frappe à notre porte. Mais que se passerait-il si demain nous négligions le problème de la faim et de l'environnement ? Pensez-vous avoir assez de doigts pour compter un flux migratoire de la faim ?

 

Le monde de demain est à repenser.

 

Trouvez-vous normal que nos rayons de Noël se gorgent de produits issus de l'esclavage ou du travail des enfants ? Certaines friandises ont un goût amère pour mes papilles... Estimez-vous qu'il est logique que des produits provenant de si loin soient beaucoup moins chers que ceux produits chez nous au détriment de la santé de ceux qui les fabriquent à l'autre bout de la planète ?

 

 

Alors, cette nuit, si je pense à Berlin, je pense aussi aux autres. J'aime Berlin et je me souviens d'une tombe qui se trouvait au pied du mur côte Ouest. Cette tombe d'une très jeune inconnue sur laquelle nous étions tombés lors de la garde du mur. Une inconnue qui est restée à jamais gravée dans mon cœur et qui m'a fait comprendre l'absurdité d'un conflit. Elle tomba du côté Ouest après avoir bravé l'ensemble des pièges qui l'empêchait de vivre son rêve et elle fut abattue lorsqu'elle franchissait le deuxième mur. Elle souhaitait simplement vivre.

 

Ich bin ein Mensch !

 

LE Xiao Long

樂小龍

Le sceau chinois de l'artiste peintre LE Xiao Long sur lequel est écrit 樂小龍 qui en Chinois veut dire joyeux petit dragon.

Écrire commentaire

Commentaires : 0