Allergies alimentaires et agriculture

feuille de coriandre, allergie

Une allergie liée à l'alimentation peut pourrir la vie d'une personne. Il s'agit d'un sujet sérieux qui oblige à la plus grande sincérité.

 

Je vous invite donc à une réflexion sur ce phénomène qui est en nette augmentation de nos jours.

 

Bonne lecture !

Un exemple personnel d'allergie

coriandre, cuisine chinoise, syndrome du restaurant chinois
Feuilles de coriandre

J'ai la chance de ne pas avoir un terrain allergique et malgré cela, j'ai, au cours de ma vie, eu à trois reprises une allergie alimentaire grave.

 

Dans ces trois cas, la consommation de feuilles de coriandre semblait en être la cause.

 

J'adore le goût des feuilles de coriandre et lors de mes voyages en Asie, il m'arrivait d'en manger avec parcimonie mais avec une appréhension certaine.

 

Plusieurs années plus tard, j'ai pris la décision d'en semer afin de tenter l'expérience. Depuis lors, j'en suis un grand consommateur et le coriandre que je cultive ne me pose aucun problème.

 

S'agissait-il donc réellement d'une allergie au coriandre ou s'agissait-il d'autre chose ?

 

Je me souviens très bien de la dernière allergie en 1996 au sortir d'un restaurant chinois à Paris. La crise était tellement grave que j'ai bien cru y passer : insuffisance respiratoire, brûlures intenses au niveau du thorax et impossibilité de marcher. Je suis resté assis, à quelques mètres de l'EHESS sans pouvoir rejoindre le séminaire où je devais me rendre.

 

En fait, ces symptômes ressemblent fort au "syndrome du restaurant chinois". Dans la cuisine asiatique, un exhausteur de goût nommé glutamate monosodique est largement utilisé. Les spécialistes le désignent comme responsable de cette allergie, de ce syndrome.

 

Rien n'est simple en matière d'allergie. De 1990 à 1991, mon épouse et moi habitions à Taiwan et j'ai dû consommer de grandes doses de glutamate monosodique et de feuilles de coriandre sans pour autant déclencher d'allergie.

 

Finalement, je n'ai pas de réponse définitive sur cette étrange allergie. Par contre, il serait intéressant de se pencher sur la production des feuilles de coriandre qui, alliées au glutamate monosodique, semblent bien être mises en cause en ce qui me concerne.

 

Penser que d'autres éléments puissent fournir un cocktail déclenchant une allergie est loin d'être une idée stupide. Une vision discriminante du problème, encore une fois, ne peut aboutir à des conclusions sérieuses. Est-il interdit de s'interroger sur plusieurs composantes, une plante, le glutamate monosodique et les pesticides, par exemple ?

A quoi êtes-vous réellement allergique ?

Avoine
Avoine

Concernant les allergies alimentaires, cette question est légitime.

 

Pourquoi ce phénomène prend-il actuellement de l'ampleur ? Quels peuvent être les changements liés à la production de l'alimentation végétale ou animale qui augmenteraient ce phénomène ?

 

Les études sont divergentes concernant la culpabilité des pesticides. Il y a tellement d'argent en jeu que ce constat n'est pas surprenant. Mais la vénalité n'est pas seule en cause. En effet, la discrimination scientifique est l'un des facteurs qui aboutit à ces résultats si éloignés.

 

Une vision globale est indispensable pour appréhender ce problème.

 

Actuellement, de nombreuses publications s'intéressent au gluten contenu dans les céréales. Le gluten serait responsable d'allergies et une vague de produits prônant le "sans gluten" commence à inonder notre quotidien.

 

Encore une fois, un élément unique est pointé du doigt aux dépends d'une vision globale. Quels sont les points communs entre les céréales actuelles et celles du passé ? Si vous souhaitez un début de réponse, n'hésitez pas à questionner des boulangers et des agriculteurs qui aiment réellement leur métier.

 

Interrogez-vous aussi sur la filière de production des farines. Quelles sont les conséquences de l'utilisation d'une meule métallique lorsque le grain est chauffé alors que les meules en pierre produisent une farine à froid ?

 

J'aimerais que la communauté scientifique reconnaisse enfin sa responsabilité face au monde agricole actuel. Que dire lorsque des agriculteurs affirment que les blés qu'ils cultivent ne sont plus des blés ? A qui la faute ?

 

Vous qui lisez cet article, je vous invite à une petite expérience sur Internet. Allez à la recherche de témoignages personnels concernant les allergies alimentaires dus au gluten. Vous serez surpris que certaines personnes affirment qu'en changeant leurs actes d'achat, la consommation de gluten via les céréales ne leur pose plus de problème. J'invite donc les scientifiques à ne pas mépriser ces expériences personnelles qui semblent affirmer que la consommation de céréales vraies, ces céréales anciennes dont la plupart ne figurent plus au Catalogue Officiel, cultivées sans pesticides ne provoque pas d'allergie.

 

N'est-il pas légitime de penser qu'une personne allergique aux pommes soit en réalité allergique à un cocktail détonnant où elle serait susceptible d'ingurgiter les résidus de 35 pesticides différents ?

 

Que Rabelais m'excuse de le paraphraser : science sans conscience n'est que ruine du Vivant.

 

LE Xiao Long

樂小龍

Le sceau chinois de l'artiste peintre LE Xiao Long sur lequel est écrit 樂小龍 qui en Chinois veut dire joyeux petit dragon.

Écrire commentaire

Commentaires : 0