Agriculture : une grande absente de la primaire de la droite et du centre

poule rousse, agriculture, monde rural, ruralité

Je suis assez déçu de la tournure qu'ont pris les trois débats de la droite et du centre car, mis à part quelques allusions, la grande absente de cette primaire est l'Agriculture.

 

Je suis donc allé sur chacun de leur site Internet afin d'avoir des questions à mes réponses. Voici ce que j'en pense sincèrement.

 

Bonne lecture !

Les journalistes focalisés sur le court terme

La part de responsabilité concernant la médiocrité des débats est due en grande partie aux média.

 

Se focalisant sur les conjonctures récentes, voire même des affaires judiciaires venant à peine de voir le jour, ils en ont oublié leur rôle qui aurait dû être la mise en lumière de chaque programme.

 

C'est affligeant ! Nous vivons une époque où le buzz, la politique spectacle a plus de poids que le fond !

 

Je ne savais pas que Jean Pierre Elkabbach était encore journaliste ! J'avoue ne pas avoir compris son rôle et le but de ses questions.

 

Il y a un temps pour tout, même pour la retraite.

Une primaire focalisée sur les peurs

Soyons sincères, une grande partie de l'orientation des débats a été focalisée sur la sécurité, l'immigration et les dérives politico-religieuses actuelles.

 

Il fallait certes en parler mais fallait-il pour autant leur accorder autant de temps alors que dans l'ensemble, tous les candidats avaient pratiquement les mêmes projets !

 

Je me demande si les journalistes ont pris la peine d'aller examiner les différents programmes.

 

L'audimat prime sur le sérieux, c'est bien dommage.

 

J'aurais aimé des questions de fond sur des sujets qui transcendent la politique ethnocentrique, nombriliste et à court terme.

 

Heureusement, au secours des journalistes, une Internaute a posé une question à propos de l'environnement. Merci d'avoir élevé le débat.

 

Malheureusement, la question a été rapidement zappée par les candidats et même Nathalie n'a pas été présente là où nous l'attendions.

L'Agriculture lors des trois débats

Lors des trois débats, l'Agriculture, le monde agricole dans son ensemble n'ont été abordés que dans la forme et non sur le fond.

 

Qu'il faille des mesures simplificatrices pour les agriculteurs est une évidence. Qu'il faille s'intéresser aux statuts des entreprises agricoles l'est aussi.

 

S'intéresser au haut débit du monde rural, c'est bien mais quand allez-vous parler enfin d'Agriculture ?

Chers candidats, vous êtes à côté de vos pompes ! Mettez des bottes !

Le monde agricole souffre mais ce n'est pas à coup de subventions que l'Agriculture sera pérenne.

 

L'Agriculture est la base de nos sociétés depuis le Néolithique. Sans elle, il n'y a plus rien. C'est l'élément essentiel qui permet à tous d'exister, de fonder des villes, des banques, des usines, des services etc.

 

L'Agriculture transcende tout ! C'est le monde du vivant qui ne peut être chiffré.

 

Ce monde du vivant est fragilisé, pas seulement en France mais sur la planète tout entière.

 

Que ferez-vous lorsque les assiettes seront vides ? Mangerez-vous des billets de banque ? Soyez sérieux ! Ayez une vision globalisante, ne vous cachez pas derrière les lobbies, les études discriminatoires du monde scientifique.

 

L'Agriculture est l'avenir de l'Humanité. C'est étrange qu'elle ait été oubliée lors de vos débats.

Connaissez vous Justus von Liebig ?

NKM, les initiales NPK doivent te parler, non ?

 

Je t'aide : Azote, Phosphore et Potassium.

 

A partir du moment où l'Agriculture est devenue l'Agriculture Chimique sous l'impulsion de Justus von Liebig (1803 - 1873), la vision discriminante des scientifiques s'est imposée au monde agricole.

 

Dès ce moment, l'Agriculture a pris une voie sans issue, enfin, devrais-je dire où l'issue sera fatale.

 

Sir Albert Howard (1873-1947) nous mettait déjà en garde contre cette vision complètement déconnectée de la vie végétale.

 

Pourtant, nous continuons à jouer avec le feu et à engraisser chimiquement nos champs au détriment de la fertilité des sols.

 

A partir du moment où nous employons des engrais chimiques, êtes vous conscient qu'une chaîne infernale s'installe ? Sincèrement, l'êtes-vous ?

 

Une plante qui pousse à l'aide d'engrais chimique pousse plus vite et les herbes folles aussi. Aucun soucis, les herbicides arrivent au secours des agriculteurs. Mais la croissance rapide sans concurrence entraîne aussi l'arrivée des insectes. Aucun problème, nous avons les insecticides !

 

Et lorsque la concurrence naturelle et les insectes sont éradiqués, les champignons prennent le relais ! Ce n'est pas grave ! Nous avons les fongicides !

 

Merci Monsieur Liebig ! 

 

Les conséquences environnementales de l'Agriculture chimique sont catastrophiques : pollution, maladies, disparition de la biodiversité.

 

Le concept de fertilité des sols a été balayé par une vision scientifique qui n'a que trop duré. La terre ne s'exploite pas, elle doit être respectée. Nous devons être au service de la Terre, et non l'inverse. 

Les légumes de terroir disparaissent

La disparition des légumes de terroir est une évidence mais il ne me semble pas que vous en soyez conscients.

 

Je suis patient, je vous explique : pour qu'un légume de terroir existe, il faut qu'une plante puisse suivre son cycle naturel jusqu'à l'obtention des graines. Ces graines devront être semées sur le même terrain et au fur et à mesure des générations ainsi obtenues, nous seront face à des légumes de terroir.

 

Qui osera me dire que l'avènement des hybrides en Agriculture n'a pas nié cette évidence ?

 

Les agriculteurs sont devenus dépendant des semenciers. Cette situation est inacceptable ! Un agriculteur devrait avoir le choix et devrait pouvoir réserver ses propres semences. C'est un droit fondamental qui, d'un point de vue planétaire, est en train d'être aliéné.

 

Il faut que les prochains présidents des tous les états en soient conscients : la vie ne peut pas être brevetée.

Les OGM, qu'en pensez-vous ?

Je n'entrerai même pas dans le débat des OGM bons ou mauvais pour la santé, nous n'avons pas encore assez de recul.

 

Par contre, dès aujourd'hui, nous savons que les OGM sont nuisibles pour la planète et ça, c'est un fait avéré.

 

Alors, François, explique-moi pourquoi dans ton programme, dans la rubrique agriculture, tu parles dans le paragraphe "Oser l'innovation" de notre retard sur la génétique, par exemple.

 

Contrairement à ce que tu dis, le principe de précaution n'est pas de l'obscurantisme. Ce n'est pas parce que mon voisin fait une connerie que je dois lui emboîter le pas !

 

La vision scientifique de la Nature est erronée. Existe-t-il une Sur-Nature ? Non, François. Ne tombe pas dans ce piège.

 

Les effets néfastes des OGM sont déjà perceptibles sur la Nature. Tu dois savoir que des graines actuellement sur le marché sont génétiquement modifiées pour être résistantes à un herbicide trop connu. C'est donc ça l'avenir de notre Agriculture : tuer l'environnement pour produire un végétal ?

 

Les OGM sont un leurre. Des plantes modifiées pour être plus résistantes aux maladies deviennent malades au bout de deux ou trois ans d'exploitation. C'est tellement évident : la vie reprend ses droits, l'environnement s'adapte. Ces plantes qui au départ nécessitaient une faible dose de pesticides devront avoir recours à des doses de plus en plus fortes. Les OGM sont polluants.

 

Que dire de l'impact sur les plantes de la même famille ? Les OGM signeront la mort de la biodiversité. Ce n'est pas une hypothèse, c'est la réalité.

 

Le libéralisme ne permet en aucun cas de jouer aux apprentis sorciers.

Les prochains flux migratoires seront des flux d'affamés !

Le prochain président de la France aura deux défis à relever concernant l'Agriculture : un défi concernant la France métropolitaine et les DOM mais aussi un défi mondial.

 

Ce défi mondial sera d'aider les pays à forte croissance démographique pour l'instauration d'une agriculture durable et respectueuse de l'environnement. S'il n'est pas relevé, il faudra s'attendre à des flux migratoires de plus en plus nombreux.

 

Il faut repenser une politique de reverdissement des déserts. Inutile pour cela de recommencer les erreurs d'hier comme par exemple d'aller puiser l'eau des nappes phréatiques déversant par la suite des sels qui rendent la terre inaptes à la productions de végétaux.

 

Comme le soulignait Masanobu Fukuoka, il faut faire revenir les pluies qui ne prennent pas naissance dans les nuages mais bien sur terre. C'est l'absence de végétaux qui fait disparaître les pluies, il est temps de reverdir les déserts.

 

L'Agriculture chimique, les hybrides, les OGM ne seront encore une fois d'aucun recours à ce chantier de grande envergure. Il faut absolument partir sur des bases saines pour redonner la fertilité aux sols.

 

Il faut aussi que les agriculteurs du monde entier soient libres de récupérer leurs propres semences. Ne nous voilons pas la face, ce droit n'existe plus dans certaines régions du globe.

 

Pour être crédible face à la communauté internationale, il est impératif de montrer l'exemple. Occupons-nous aussi de nos déserts car sous un couvert végétal de couleur verte, nos terres n'en sont plus. 

 

Trouvons des solutions pour mettre fin à une monoculture qui n'est source que de problème. Il faut penser différemment l'Agriculture, favoriser la polyculture, aider les agriculteurs à faire de leurs terres des terres fertiles (il faut entre 3 et 7 ans pour cela).

 

Il nous faut aussi repenser nos champs afin que fossés, bosquets, haies soient de véritables remparts aux inondations, à la sécheresse et à l'érosion.

 

Il est grand temps de sauver l'Agriculture, c'est l'avenir de l'Humanité.

 

LE Xiao Long

樂小龍

Le sceau chinois de l'artiste peintre LE Xiao Long sur lequel est écrit 樂小龍 qui en Chinois veut dire joyeux petit dragon.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Christian TRON ( 童可斯 ) (vendredi, 18 novembre 2016 12:46)

    L'agriculture n'aurait jamais fait un buzz comme la sécurité, l'immigration et les dérives politico-religieuses ........

  • #2

    LE Xiao Long (vendredi, 18 novembre 2016 13:49)

    Oui Chris, l'avenir de l'Humanité n'est pas intéressante ! Mieux vaut parler des peurs, ça fait voter !