Le point sur la première session d'initiation au Sumi-e à l'école de Camarsac

sumie, dessin, enfant, sumi-e, camarsac, TAP, école, pin, japonais

A cause d'un petit problème de santé, je n'ai effectué que 5 séances d'initiation au Sumie au lieu de 6 prévues au départ.

 

Malgré cela, les deux groupes d'enfants de l'école élémentaire de Camarsac se sont finalement familiarisés avec aisance à l'Art du Sumie.

 

Bonne lecture !

Un début difficile et critique des TAP

sumie, dessin d'enfant, bambou, sumi-e, encre, école, camarsac, baron, 33750
Bambou réalisé par Yann dans le cadre d'une de mes interventions à l'école élémentaire de Baron en 2014 auprès d'une classe mixte de CM1 CM2

Les deux premières séances ont été difficiles à gérer car je me suis retrouvé plus à faire la police qu'à transmettre l'Art des pinceaux et de l'encre venus d'Asie !

 

J'invite nos hommes et femmes politiques qui pondent des réformes dans le cadre de l'Education Nationale à venir sur le terrain avant de mettre en place leurs idées qui sur le papier semblent excellente. 

 

Sur le papier, seulement ! Entre la théorie et la pratique, tout diffère. A croire que chaque gouvernement tient absolument à laisser son empreinte dans le monde de l'école.

 

Cette réforme connue sous le nom de TAP n'est qu'une sorte de TUC amélioré pour les intervenants et, pour les enfants, il se résume à un temps extra-scolaire hors cadre disciplinaire.

 

Je pense sincèrement que cette réforme n'avait pas pour but d'ouvrir des portes sur des domaines artistiques ou autres pour les enfants mais pour but essentiel de faire baisser les chiffres du chômage pour un gouvernement en perte d'idées.

 

En définitive, les Mairies qui, toutes, se sont retrouvées malgré elles à mettre en place les TAP, sont génératrices d'emplois précaires. Les communes ont dû apprécier ce cadeau empoissonné qui leur coûte de l'argent et du temps...

 

Nos chères têtes pensantes ont voulu créer du lien ! Mais sur le terrain, je puis vous assurer qu'il n'en est rien. J'assiste à une dislocation du lien et rien d'autre.

 

Quatre entités sont en jeu : l'école, les communes, les enfants et les intervenants. Mais en donnant l'organisation aux communes, le corps enseignant a été radicalement rayé de la carte. Nous n'utilisons que les locaux de l'école. Les murs de l'école sont le seul lien avec l'équipe enseignante.

 

C'est une erreur lamentable car sans lien avec l'équipe enseignante, l'intervenant n'est qu'un électron libre qui ne peut mettre en place un travail digne de ce nom. Sans retour de la part des professeurs des écoles, comment peut-on améliorer et adapter son intervention face aux enfants ?

 

Est-ce trop demandé à nos dirigeants de réfléchir avant d'agir ? Cette dernière phrase est peut-être un peu compliquée, je vais faire plus simple : est-ce trop difficile de réfléchir ?

 

Le diktat des spécialistes a une fois de plus frappé l'école. Mais leur vision discriminatoire les empêche d'avoir une vision globale des choses.

 

Afin d'aider nos futurs spécialistes à ne pas commettre les erreurs du passé, je leur recommande vivement "d'être conscient", ou comme l'explique très bien un homme au grand coeur : "be aware".

 

Voici donc une vidéo de Jean Claude Van Damme, personne que j'estime, qui a pour but d'éveiller nos spécialistes gouvernementaux :

Ce que les enfants de Camarsac ont appris à propos du Sumie

sumie, dragon chinois, dessin d'enfant, sumi-e, camarsac, baron, 33750, école
Encre réalisée par un enfant de CM2 en 2014 à l'école élémentaire de Baron.

Laissons de côté les critiques car en définitive, le plus important est ce que les enfants de l'école de Camarsac ont appris et ressenti.

 

Concernant l'apprentissage du Sumi-e, cette première session qui s'est déroulée sur un mois et demi a permis aux enfants d'être vraiment à l'aise face à l'Art de l'encre venue d'Asie.

 

Mon premier objectif était de leur faire accepter que tous, sans exception, pouvaient encrer et réaliser de beaux Sumie.

 

Certains, qui au départ, affirmaient ne pas savoir dessiner ou peindre, se sont vite aperçu qu'en laissant parler leur cœur, rien n'était impossible. Le Sumie, comme toutes choses dans la vie, n'est qu'une question de confiance : confiance en soi et confiance en celui qui transmet. 

 

Lorsque ces deux éléments sont réunis, les portes de l'apprentissage sont définitivement ouvertes.

sumie, fougère, dessin d'enfant, sumi-e, école, camarsac, baron, 33750
Fougère réalisée à main levée à l'encre de Chine par un élève de CM2 de l'école de Baron en 2014.

Les enfants de la commune de Camarsac se sont révélés être d'excellents Petits Maître du Sumie.

 

Ils pourraient tous partir en Chine continentale, à Taiwan ou au Japon sans avoir aucune appréhension face à la technique de l'encre et des pinceaux calligraphique asiatiques.

 

En effet, ils savent fabriquer de l'encre à l'aide des bâtonnets d'encre de Chine solide et de la pierre à encre. Il maîtrise cette technique à la perfection et peuvent sans difficulté obtenir ce qu'ils veulent sur la palette des intensités allant du gris le plus tendre au noir le plus profond.

 

Lors de la dernière séance, je ne suis pas intervenu pour le dosage de l'eau sur les pierres à encre et c'est avec joie que je me suis aperçu qu'ils n'avaient plus besoin de moi pour humidifier leurs pierres.

sumie, pin, japon, dessin d'enfant, sumi-e, camarsac, baron, 33750
Un pin réalisé à main levée au pinceau calligraphique chinois par un élève de CM2 de l'école élémentaire de Baron (33750) en 2014

Les "drôles", terme amical que l'on emploie dans le Sud-Ouest pour désigner les enfants, maîtrisent aussi la technique pour former la pointe de leurs pinceaux calligraphiques.

 

Quant à la charge du pinceau, la théorie est assimilée mais la pratique laisse parfois à désirer. Mais ils s'en rendent compte tout de suite lorsque qu'ils tracent leur premier trait sur la feuille.

 

La charge est la technique la plus importante et nécessite plus de pratique, c'est normal.

 

Ce que je regrette le plus est de ne pas avoir eu le temps de leur apprendre l'Art du dégradé. Seul face à plus d'une dizaine d'enfants impatients d'encrer, c'est inconcevable. Le Sumie requière de la rigueur et de l'attention.

 

Le pin sur la photo ci-dessus a été réalisé à l'école de Baron en 2014 par un enfant de 10 ans. Sans la présence de la Maîtresse, il m'aurait été impossible d'obtenir les si bons résultats qui nous ont permis de concrétiser cette aventure par une exposition à la Mairie de Baron.

 

Le fameux lien dont je parlais plus haut était existant et sans ce lien, les enfants perdent un repère important voire essentiel.

sumie, bouddha, dessin d'enfant, sumi-e, camarsac, baron, 33750
Bouddha réalisé par un enfant de 10 ans à l'encre de Chine et au pinceau calligraphique chinois à main levée en 2014 à l'école de Baron. L'absence de traits inutiles montre que l'auteur de cette encre a compris l'essence du Sumie.

Concernant les réalisations, les enfants de Camarsac savent peindre sans modèle les bambous, les pins, les pruniers en fleur, les fougères, les dragons chinois, le palmiers, les fougères, les carpes Koï et les ananas !

 

Je tiens à féliciter Lily qui a eu l'idée de peindre les palmiers en créant sa propre technique. Le Petit Maître a appris au Non Maître, et si un jour je décide d'encrer un palmier, ce sera grâce à elle.

 

Jamais je n'ai insisté sur le fait que l'encre ne permettait pas le droit à l'erreur.

 

Faire confiance et avoir confiance en soi est le secret du Sumie. Les enfants n'ont pas réalisé qu'ils peignaient à main levée, que chaque trait ne pouvait pas être gommé et grâce à l'ignorance de la difficulté, ils ont réussi leurs Sumie.

La voie du sumie

sumie, calligraphie, dao, la voie, sumi-e, chinois, écriture chinoise
Dao : 道 (la voie). Sumie réalisé à l'aveugle en un seul trait de pinceau à main levée sur papier noir par LE Xiao Long.

J'aurais souhaité leur transmettre plus encore, comme les techniques du bonsai, celles du jardin japonais, celles du Katana etc. mais en seulement 5 séances, j'ai fait mon maximum et je suis fier des Petits Maîtres du Sumie de Camarsac.

 

Je tiens à m'excuser auprès des enfants de n'avoir pas pris en photo les différents Sumie qu'ils ont réalisés. 

 

"Be water, my friends" ou "be aware" sans oublier d'avoir confiance en vous, chers Petits Maîtres. Vous êtes sur la bonne voie.

LE Xiao Long

樂小龍

sceau, chinois, LE Xiao Long, baron 33750, artiste peintre

Écrire commentaire

Commentaires : 0