Encre de Chine et TAP

sumie, portrait, enfant, école, sumi-e, camarsac, TAP, encre de chine

 

Voici quelques petites réflexions sur mon activité d'artiste peintre dans le cadre des TAP dans une école près de chez moi : initiation au sumie.

 

 

Bonne lecture !

Initiation au Sumie à Camarsac

Réflexion sur les TAP dans les écoles

sumie, portrait, enfant, dessin, camarsac, école, TAP, sumi-e, encre de chine
Sumi-e réalisé par Théo : "Portrait de LE Xiao Long"

Depuis septembre 2016, je travaille au sein d'une école à Camarsac dans le cadre des TAP (Temps d'Activité Périscolaire) instaurés par la réforme des rythmes scolaires.

 

Dans le texte, cette réforme a pour but de donner accès aux enfants à des activités sportives, culturelles, artistiques etc. et d'améliorer la répartition des heures de classes et d'alléger, entre autres, la journée d'enseignement pour les enfants.

 

Toujours dans le texte, les TAP ont été instaurés pour "favoriser les apprentissages fondamentaux le matin, au moment où les élèves sont les plus attentifs"

 

Entre la théorie (le texte) et la pratique (le terrain) comment cela se passe-t-il pour un intervenant extérieur ? Car finalement, il faut être honnête, cette réforme ne s'intéressent pas à ces derniers.

 

C'est la première fois de ma vie d'artiste que j'interviens dans une école en percevant de l'argent car j'ai toujours travaillé bénévolement au sein des équipes enseignantes en présence du professeur des écoles. Je suis donc habilité à comparer mes interventions bénévoles et celles des TAP.

 

Quelle différence ! Autant mes interventions de la petite section de maternelle au CM2 se sont toujours bien déroulées lorsque je travaillais avec des professeurs de écoles, autant mes interventions au sein des TAP sont très difficiles ! Ce sont deux mondes opposés !

 

J'ai l'impression d'être revenu au temps des TUC (Travaux d'Utilité Collective). Après mon service militaire en Allemagne au 110ème R.I., j'avais accepté un contrat TUC bien que ce dernier me faisait perdre de l'argent comparé à ce que je gagnais au chômage dû par l'armée.

 

A ce moment, j'étais parachuté un peu partout et je me suis retrouvé dans une cantine à aider des enfants de maternelle, à entraîner des enfants au foot alors que je ne sais toujours pas faire une passe et que je suis nul dans ce sport ! Je ne me souviens pas de toutes ces activités mais je sais que je passais mon temps dans les déplacements avec ma voiture.

 

J'avais accepté ce TUC essentiellement pour valider mon stage BAFA et finalement j'avais démissionné au bout de deux trois mois car l'Etat n'avait pas débloqué les fonds et je n'étais donc pas payé ! Adieu la validation du BAFA. Je reçus mes salaires des TUC en même temps que mon premier salaire de chauffeur livreur...

 

Après cette digression, revenons aux TAP. Je suis toujours franc et je dis donc ce que je pense : à 52 ans, j'ai l'impression de faire de la garderie !

 

Les enfants sont dissipés, fatigués et n'ont aucun pouvoir de concentration ! Je suis halluciné ! Je n'ai jamais connu cela en plusieurs années d'interventions bénévoles au sein des équipes enseignantes.

 

J'aime le travail bien fait, je suis un perfectionniste. Mais là, honnêtement, c'est impossible.

 

Certes, en trois séances les enfants des deux groupes dont je m'occupe arrivent à peindre des dragons chinois, des bambous et des pins mais comparé à mon expérience dans les écoles, je fais de la merde, pardonnez-moi l'expression.

 

Pourtant, ces enfants ont la capacité de bien peindre à l'aide des pinceaux calligraphiques. L'encre qu'ils fabriquent eux mêmes à l'aide des bâtonnets et de la pierre à encre est de bonne qualité. En fait, ils sont doués.

 

Mais alors, pourquoi est-il aussi difficile de travailler avec eux ? J'ai ma petite idée là dessus. Les enfants sont fatigués car en discutant avec eux, certains me disent qu'ils se sont couchés à 2 heures du matin ! Les parents profiteraient-ils des aménagements du temps scolaire pour allonger leur weekend se disant que leurs gamins ne travailleront que la matinée ? 

 

J'aimerais aussi savoir comment les TAP leur ont été présentés. Si on leur a dit que leur capacité d'attention se limitait à la matinée, alors il ne faut pas s'attendre à ce qu'ils soient attentifs l'après-midi.

 

Selon moi, cette démarche est un bourrage de crâne car il faudrait que l'on m'explique comment les enfants de Taiwan font pour, non seulement avoir une journée d'école mais aussi pour se rendre aux Bushiban (cours du soir supplémentaires) après l'école !

 

 

Contrairement aux adultes dont la dégénérescence cellulaire du cerveau est un fait, les enfants ont leur pleine capacité cérébrale et c'est à ce moment de la vie que leur cerveau est la plus merveilleuse des éponges à apprendre. 

 

Par contre, dites-leur qu'ils sont incapables d'apprendre l'après-midi, ils seront dans l'incapacité d'assimiler quoi que ce soit. Les adultes sont leur point de référence et si l'adulte induit l'enfant en erreur, l'enfant le croira sur parole. 

 

Cette réforme du temps scolaire est aussi utile qu'un pansement sur une jambe de bois ! Plutôt que de s'intéresser à l'aménagement du temps, il faudrait enfin prendre à bras le corps le vrai problème de l'Education Nationale : classes surchargées. 

 

Nous traversons en France une époque que je qualifierai de "Moins". Le paradoxe du Moins est de toujours en vouloir Plus ! Moins de temps de travail, mais Plus de temps de loisirs. Mois de devoirs et d'obligations mais Plus de droits ! 

LE Xiao Long

樂小龍

sceau, chinois, LE Xiao Long, baron 33750, artiste peintre

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Christian TRON 童可斯 (mardi, 27 septembre 2016 17:04)

    Bonjour Patrick !!
    Il ne faut pas oublier que les études à Taiwan, c'est du par coeur..
    Les enfants ont aucune vie, je vois le fils de mon voisin (11 ans) partir le matin à l'école à 7h00 et rentrer après des heures de bushiban à 21h00 le soir.
    Quelle vie a t-il ?? aucune même pas le temps de vivre sa vie d'ado, c'est lamentable la vie scolaire à Taiwan. Ce n'est pas un exemple.

  • #2

    LE Xiao Long (mardi, 27 septembre 2016 19:43)

    Oui Chris, c'est effectivement plus difficile à Taiwan pour les enfants ou tout du moins, ils ont beaucoup d'heures d'école et d'étude.

    Mais de là à dire qu'ils n'ont plus de vie d'ado, c'est ton avis. J'ai vécu avec de jeunes étudiants à Yilan avec qui je partageais l'appartement. Ils bossaient mais savaient bien s'amuser, tu peux me croire.

    Entre la France et Taiwan, un juste milieu serait à trouver, ne crois-tu pas ?