Agriculture Naturelle du 16 août au 7 septembre 2016

chèvre, bouc, chevreau, naissance

 

Voici les notes concernant le potager naturel entre le 16 et le 7 septembre 2016.

 

Libre à vous de les consulter, il s'agit de mon outil de travail.

Pas de chance !

Ce matin (le 7 septembre), j'étais bien décidé à mettre mes notes sur le site afin de les partager avec vous.

 

Malheureusement, mon ordinateur a rendu l'âme au mauvais moment et j'ai perdu la totalité de mes travaux sur 3 semaines.

 

Cela m'ennuie car, en 3 semaines, j'avais accumulé un nombre important d'informations, aussi bien sur mon activité mais aussi sur mes lectures et mes recherches.

 

Concernant les livres que j'ai lu, pas de soucis, ils sont dans ma tête mais j'avais trouvé des liens intéressants que je souhaitais vous communiquer. Quant au travail de la terre, ce qui m'ennuie le plus est d'avoir perdu les données sur les semis, repiquages et boutures.

 

Je ne ferai donc qu'un survol de mon activité sur la deuxième quinzaine d'août.

 

Du 16 août au 7 septembre 2016

Précipitations

Absence totale de pluie ! La terre est dure comme de la pierre, je n'ai trouvé aucun signe d'humidité à une profondeur de bêche. Après la canicule, la sécheresse est installée.

Etat de la terre du potager

Ma terre est en piteux état, pas à cause de la sécheresse mais tout simplement parce qu'elle a perdu sa fertilité. Cet ancien vignoble, comme la plupart des champs d'ailleurs, n'a pas de couche d'humus et n'a plus de quoi nourrir des légumes.

 

Cette année j'ai mené une expérience toute simple. J'ai créé des parcelles où j'ai ajouté du fumier de mes animaux et d'autres où je n'ai rien mis. Je ne prendrai que deux exemples pour vous donner un aperçu de cette terre qui se meurt.

 

J'ai deux parcelles de maïs, l'une avec un peu de fumier, l'autre sans rien. Dans la première, le maïs Tom Pouce est beau (il s'agit d'un maïs nain). Il mesure entre 80 cm et 1m10.

 

Dans la seconde, il s'agit de maïs doux golden batam qui devrait mesurer entre 1m50 et 1m80. En fait, ce maïs qui pousse sur une parcelle sans ajout de fumier ne mesure que 20 cm ! Incroyable !

 

Un autre exemple avec des choux cavaliers rouges. Ceux avec fumier sont bien portant et atteignent déjà 50 cm (ils n'ont jamais été arrosés). Ceux qui poussent sans ajout et semé en même temps ne mesure que 2 cm !

 

Ce constat amère ne me gène pas outre mesure, je m'en doutais déjà. Les terres agricoles sont malades et malmenées, ma terre n'est pas une exception. Il ne faut pas s'étonner que les agriculteurs utilisent des engrais chimiques, leur terre est morte.

 

A certains endroits, la puanteur de la terre du potager m'a indiqué qu'elle était vraiment morte : elle ne respirait plus. Les tassements par les machines agricoles, les labours et l'ensemble des engrais et pesticides ont eu raison d'elle.

 

Promenez vous dans n'importe quel champs et touchez la terre que vous foulez. C'est devenu un substrat pour nourrir artificiellement des légumes, c'est tout. Elle ne vit plus.

 

Malgré ce triste constat, je garde espoir car lorsqu'on se met au service de la Nature (la Nature n'est pas à notre service), elle peut de nouveau devenir généreuse et surtout redevenir fertile.

Redonner vie à la terre

Selon Fukuoka, il faut compter entre 3 et 7 ans pour redonner vie à la terre. Mes parcelles potagères n'ont qu'une saison, il faut que je m'arme de patience.

 

Un des principes de base est de redonner à la terre ce qu'elle a produit, exception faite des récoltes que l'on consomme, naturellement. Je monte donc chaque jour les déchets de mes légumes pour les déposer aux pieds des plantes. Il y a environ 3 jours, j'ai écimé le maïs Tom Pouce, il ne s'agit pas de la castration du maïs mais bien d'un écimage. La castration se fait plus tôt dans la saison lorsque l'on cultive différentes variétés de maïs. L'écimage est réalisé lorsque les épis sont déjà bien formé. On taille à une feuille au dessus du dernier épis.

 

Les déchets de l'écimage a été mis tout de suite au pied du maïs où poussent encore quelques potirons. J'ai déjà récolté les potirons rouges vifs d'Etampes car ils étaient mûrs.

 

Mais les déchets de ce types (cuisine ou écimage) ne sont pas assez nombreux. Il faut que je sème des céréales, car qui dit céréales dit paille.

 

Il y a deux trois jours, j'ai semé de l'épeautre sur la parcelle n°4. François Sigaut, s'il me voit là où il est, doit bien rire !

 

Comme je ne peux avancer sur le terrain à cause de la sécheresse et de la chaleur, je lis énormément. "Il n'y a pas de mauvais livres. Il y a de mauvais lecteurs !". Cette phrase prononcée par mon directeur de recherches sonne beaucoup à mes oreilles actuellement.

 

J'ai trouvé de bons bouquins du XIXème siècle sur les céréales. Dommage que mes notes de lectures soient passées à la trappe. Je ferai le point sur les livres plus tard, dans un autre article.

 

Les jours et les mois qui arrivent, je sèmerai de l'épeautre, du seigle, de l'orge, du blé de Bordeaux etc.

 

Je n'ai pas envie d'attendre la pluie pour commencer à semer car étant seul, je ne peux me le permettre. J'utiliserai donc la technique de Fukuoka avec ses boulettes de glaise afin de protéger les semences du temps et des prédateurs. Je sens que je vais m'amuser car j'ai beaucoup de grains !

 

L'intérêt des céréales ne se limite pas à la production de paille. Ce qui m'intéresse aussi est leur système radiculaire puissant. Décompacter la terre et la nourrir est possible grâce aux céréales. Naturellement, il faudra plusieurs saisons, j'en suis conscient.

 

Je sèmerai aussi du trèfle blanc et des vesces afin d'apporter de l'azote aux céréales.

 

Je compte aussi sur les milliers de graines de radis daïkon pour nourrir la terre et la labourer. Les racines des radis daïkon peuvent mesurer jusqu'à 40 cm de long.

 

A cause de la météo, je n'ai pas pu semer les radis noirs. Ce n'est pas grave, ils iront rejoindre la légion de radis daïkon. Certes, ils seront sacrifiés mais ce sera pour la bonne cause.

 

Septembre, octobre et novembre seront donc des mois un peu fous.

Récoltes

Ces trois dernières semaines j'ai récolté surtout des tomates que je n'arrose toujours pas. Actuellement, ce sont les pieds mis en terre en fin de saison qui produisent.

 

Comme je l'ai précisé plus haut, j'ai récolté la plupart des potirons rouges vif d'Etampes. Les plus gros dépassent les 10 Kg.

 

J'ai surtout récolté des graines. La récolte de graines de tournesol est très bonne. Elle n'est pas encore terminée. La récolte des graines d'amarantes est terminée depuis deux semaines environ.

 

Conclusion

Désolé pour ce résumé succin de l'activité sur 3 semaines.

 

J'ai hâte qu'il pleuve un peu mais vu l'état de la terre, je me demande comment elle va réagir. Je plains d'avance ceux dont le potager est à nu ! Quant à moi, j'espère que la présence d'herbes sur la totalité du terrain aidera à éponger et à répartir la pluie plus lentement.

 

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me les poser, j'y répondrai.

LE Xiao Long

樂小龍

sceau, chinois, LE Xiao Long, baron 33750, artiste peintre

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Christian TRON 童可斯 (jeudi, 08 septembre 2016 07:53)

    Je te souhaite de la pluie.... cela va arriver avec les gros orages ..
    Bonne continuation.
    Chris

  • #2

    LE Xiao Long (jeudi, 08 septembre 2016 10:07)

    Bonjour Chris ;)

    Aujourd'hui la pluie tombe en fines gouttes. Enfin !

    J'espère qu'à Taiwan tout va bien. Tiens, parmi les notes que j'ai perdues, j'avais écrit un petit commentaire sur un bambou géant de Taiwan que j'ai reçu. Il est cespiteux, c'est-à-dire non traçant et j'espère bien l'acclimater en Gironde. Cerise sur le gâteau, il est comestible :)