Comment devient-on artiste peintre ?

LE Xiao Long, artiste peintre, taiwan, yilan, statue, guan ying

Les mots se sont joués de moi durant mon enfance. Une amie un peu collante qui portait le nom de dyslexie façonnait mes lectures et mes écrits.

 

Je n'aurais jamais imaginé que le pire de mes cauchemars deviendrait un jour une alliée grâce à qui je reprendrais mes études qui me conduiraient par la suite dans le monde du sumie et du trait.

Le hasard (version occidentale)

Ce qui doit arriver (version chinoise)

Ne pas confondre Anthropophagie et Anthropologie

hache, dynastie shang, reproduction, exposition, épinay sur seine, chine
Hache de la Dynastie Shang - Reproduction réalisée par LE Xiao Long

Fin des années 80, flânant dans une librairie je tombai sur un livre dont la petite épaisseur de la tranche m'attira.

 

Le nombre de pages était alors un de mes critères de choix... Sur la première page de couverture, un gros titre : "L'Anthropophagie". Heureux acquéreur, je rentrai chez moi afin d'apprendre le pourquoi du cannibalisme.

 

Horreur ! Dès les premières pages, je compris que mes yeux n'avaient pas transmis avec exactitude l'intitulé de l'ouvrage !

 

Il ne s'agissait nullement d'anthropophagie mais d'Anthropologie !

André Leroi-Gourhan

néolithique, industrie lithique, hache, marteau, pierre polie, préhistoire
Hache et marteau de pierre polie - Reproduction Le Xiao Long

Quelque mois après, je lu ce livre qui survolait l'ensemble des domaines de l'Anthropologie Sociale, les différents courants et auteurs.

 

L'un des auteurs présentés n'était autre que André Leroi-Gourhan et les quelques lignes qui lui étaient consacrées me poussèrent à en savoir plus sur lui et ses écrits.

 

J'ai dévoré ses ouvrages sans me lasser, le nombre de pages n'était plus un critère de choix.

Apprendre le Chinois ? Quelle idée !

pinceau, calligraphie, chinois, chinoise, sumie
Pinceaux calligraphiques chinois

La personne avec qui je partageais ma vie, et qui devint mon épouse par la suite, était alors étudiante aux Langues Orientales à Paris.

 

Lorsque les partiels arrivaient, notre appartement se remplissait d'étudiants qui bûchaient comme des fous sur les caractères chinois, sur les problèmes de tons...

 

Je les regardais d'un air amusé, me disant : "quelle idée de vouloir apprendre cette langue !"

Partir à Taiwan

taiwan, carte, yilan
Carte de Taiwan avec localisation du trajet entre Taipei et la ville d'Yilan (cliquez pour agrandir)

Vint le jour où Marie voulut partir à Taiwan afin d'améliorer son niveau de chinois. L'idée de rester seul à Paris pendant un an ne me plaisait guère, je l'ai donc suivie sachant à peine situer Taiwan sur une carte !

Quel choc ! Je passe sur mes premières impressions mais, pour simplifier, disons qu'après la haine vinrent l'amour et la passion pour cette civilisation.

 

Pendant notre séjour, nous n'avons pris qu'une journée de vacances (nous étions fauchés). Nous sommes allés à la gare de Taipei avec nos économies et nous avons demandé un aller-retour pour n'importe quelle destination correspondant au montant de notre pécule. "Yilan" répondit le guichetier et nous partîmes à Yilan.

Première rencontre avec les sculpteurs d'Yilan

moule, sculpture, plâtre, atelier, yilan, taiwan, chine, chinois
Mes amis sculpteurs d'Yilan - Taiwan - 1996

Arrivés dans cette petite ville située à environ 80 km Taipei, nos pas nous ont guidés vers des petites ruelles où nous sommes tombés nez à nez avec des sculpteurs de statues bouddhiques et taoïques. Je ne sais pas ce qui s'est passé dans ma tête à ce moment-là mais j'ai senti que cette rencontre n'était pas ordinaire.

Nous ne sommes restés que quelques minutes avec les artisans qui nous ont invités à prendre des photos de leurs statues. Mais déjà, il nous fallait rejoindre le train. Pendant le voyage de retour, je n'avais qu'une seule idée en tête : "je ferai quelque chose de ces photos. Quoi ? Je ne sais pas, mais j'en ferai quelque chose".

Ecoles des Hautes Etudes en Sciences Sociales

statue, chinoise, divinité, atelier, sculpture, modelage, yilan, taiwan, chine
Les ateliers à Yilan - 1996

De retour à Paris, une amie ethnologue à qui je montrai ces photos me dit :

 

"Pourquoi ne reprendrais-tu pas tes études ? Tu n'arrêtes pas de lire des bouquins d'André Leroi-Gourhan et tu t'intéresses aux techniques de fabrication. Vas à l'E.H.E.S.S., il y a un prof spécialisé sur les techniques, François Sigaut. Ecris un projet et présente le lui."

J'ai écris ce projet et je n'ose imaginer la tête que je devais avoir lorsque j'ai rencontré François Sigaut, avec, comme tout diplôme, un bac de comptabilité et comme connaissance linguistique que "mon" chinois appris dans les rues de Taipei !

 

Je n'oublierai pas non plus la présence d'un autre directeur d'études spécialisé sur la Chine qui pris part à la conversation.

Mais je n'avais qu'une seule idée en tête : faire quelque chose de ces photos... Je tiens donc à remercier tous les anthropophages de la terre et la dyslexie car mon projet d'ethnographie sur la fabrication de statues bouddhiques et taoïques à Yilan fut accepté.

Retour à Yilan : ethnographie des sculpteurs

LE Xiao Long, artiste peintre, statue, chinoise, ethnologue, taiwan, chine, yilan
Mon "petit bureau" à Yilan - 1996 - Les prémices d'une Guan Yin en terre modelée par mon ami YANG Chao Lai

Je suis donc parti à Taiwan afin d'effectuer une ethnographie sur la fabrication de statues bouddhiques et taoïques à Yilan en 1996 avec mes photos qui dataient de 1991 !

 

Ce terrain m'a pris aux trippes, il m'a vidé, lessivé... pendant six mois, les nuits furent courtes et guère réparatrices !

 

Non seulement je partageais les heures de travail avec les sculpteurs mais aussi l'après travail. Lorsque, le soir, très tard, je rentrais chez moi après d'innombrables Gan Bei (verres d'alcool que l'on boit cul sec), mon vélo qui connaissait le chemin zigzaguait jusqu'à mon domicile !

 

Et là, après une bonne douche, mon travail ne faisait que commencer : remise au propre des notes prises sur le terrain, croquis, analyses des données, etc.

LE XIAO LONG est né

LE Xiao Long, LIN De Fu, 樂小龍, 林得福, yilan, 宜蘭市, taiwan, chine
Mon ami LIN De Fu et moi en 1996 - Yilan - Taiwan

Ces sculpteurs sont devenus mes amis et je leur suis infiniment redevable et reconnaissant. Ils m'ont fait découvrir leur univers, celui du modelage, de la sculpture et de la peinture. Tous sans exception m'ont apporté plus que je ne pourrais leur offrir.

 

C'est pour leur rendre hommage que j'utilise le nom de LE Xiao Long pour mes Sumie et mes tableaux.

 

LE Xiao Long est le nom chinois que m'ont donné mes amis de Taiwan. Il signifie "Joyeux Petit Dragon". Finalement, " LE (樂) Xiao (小) Long (龍) " est plus explicite que Patrick Le Chevoir ! Je suis petit, je suis né en 1964, c'est-à-dire l'année du Dragon et je préfère les rires aux pleurs !

De l'Anthropologie à l'Art

En 2003, c'est le déclic ! Je présente un projet d'exposition à l'occasion de la journée contre le racisme qui fut accepté par la Mairie d'Epinay-sur-Seine. L'exposition prendra le nom de " Homo Spinassien Sapiens ". Je mets en pratique ce que j'ai appris à l'EHESS et à Taiwan ! Je me sers enfin de ma tête et de mes mains. L'homme et la matière, ça a du bon !


Si après cette lecture vous pensez avoir compris qu'il s'agissait d'un parcours concernant un anthropophage ayant fait ses études sur la culture de spatules boulimiques et théoriques chez Bob Dylan à Taiwan... vous avez, certes, de graves problèmes de dyslexie mais rassurez-vous, cela ne vous empêchera pas de réaliser vos rêves.

LE Xiao Long

樂小龍

sceau, chinois, LE Xiao Long, baron 33750, artiste peintre

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Chris (Taiwan) (jeudi, 15 décembre 2016 20:01)

    Beau parcours.... j'aime.
    Passe de bonnes fêtes Patrick avec tes enfants.
    Moi je serais en France à compter de ce dimanche pour passer les fêtes avec mes enfants et ma famille.
    C'est décidé, je rentre en France définitivement en décembre 2017, après avoir passé 13 ans de ma retraite à Taiwan. Il faut t'avouer que malgré que Taiwan me plaise énormément pour sa nourriture, sa sécurité etc... ma famille, mes enfants et mes petits enfants me manquent beaucoup.

  • #2

    LE Xiao Long (jeudi, 15 décembre 2016 20:14)

    Bonsoir Chris,

    Je comprends ton choix, les enfants sont importants. Profite bien de ton voyage en France et de ta dernière année à Taiwan.